Une nouvelle étude relie la déficience en vitamine D aux maladies cardio-vasculaires et aux décès

L'étude des chercheurs de l'institut cardiologique au centre médical d'Intermountain ? Salt Lake City, suggère que la vitamine D contribue ? la santé cardiologique et que les niveaux insatisfaisants de cette vitamine contribuent de manière significative ? l'augmentation du risque d'affection cardiaque et de décès même si les personnes n'ont pas d'antécédents de maladie cardiaque.

Les chercheurs ont suivi pendant plus d'une année 27.686 patients ?gés de 50 ans ou plus et n'ayant pas eu antérieurement de maladie cardio-vasculaire. Ils ont examiné les taux sanguins de vitamine D chez ces patients et les ont divisé en trois groupes selon le niveau de la vitamine D, -normal (plus de 30 ng par millilitre), - bas (15 ? 30 ng par millilitre) ou - très bas (moins de 15 ng par millilitre). Les patients ont ensuite été suivis pour voir s'ils développaient l'une ou l'autre forme de maladie cardiaque.

Les chercheurs ont constaté que les patients ayant des taux très bas de vitamine D furent ? 77 % plus ? risque de décès, ? 45 % de développer une maladie des artères coronaires et ? 78 % d'avoir un accident vasculaire cérébral, que les patients ayant des taux normaux en vitamine D. Les patients ayant des taux très faibles taux de vitamine D étaient également deux fois plus ? risque de développer un arrêt cardiaque fatal, que les personnes ayant des taux normaux de vitamine D. Ces résultats ont été présentés ? la réunion scientifique de l'association américaine cardiologique le 16 novembre 2009.

Selon le Dr Brent Muhlestein, MD, directeur de recherche cardio-vasculaire ? l'institut cardiologique du centre médical d'Intermountain et un des auteurs de la nouvelle étude, cette étude est unique parce que le lien entre l'insuffisance en vitamine D et la maladie cardio-vasculaire n'a pas été jusqu'? présent bien établi. Ce travail pourra dès lors prévenir l'installation de nombre de maladies cardio-vasculaires et leurs conséquences.

De nombreuses recherches ont déj? montré que la vitamine D est impliquée dans le métabolisme du calcium et que son insuffisance est associée ? des troubles musculo squelettiques. Plus récemment des études ont également montré que la vitamine D participe ? beaucoup d'autres fonctions corporelles comme la tension artérielle, la glycémie, l'inflammation, qui sont des facteurs de risque important de maladie cardiaque. De ces résultats les scientifiques ont postulé que l'insuffisance en vitamine D pouvait également être liée ? la maladie cardiaque elle-même.

Les résultats, selon le Dr Heidi May, PhD, MS, participant ? l'équipe de recherche, sont tout ? fait étonnants et très importants. Selon cet auteur, les patients de plus de 50 ans souffrant même d'une déficience modérée de vitamine D ont un plus grand risque de développer une maladie des coronaires, un arrêt cardiaque, un accident vasculaire cérébral et de décéder. C'est très important parce que la déficience en vitamine D est facile ? traiter. Si des taux élevés de vitamine D peuvent diminuer ce risque cardio-vasculaire cela pourrait avoir un effet un impact significatif sur la santé.

Etant donné que cette étude ne fut, selon le Dr. Muhlestein qu'observationelle, les liens définitifs entre la déficience en vitamine D et la maladie cardiaque ne peuvent être affirmés, mais ces résultats donnent une impulsion pour que l'on conduise davantage d'études ? ce sujet. En effet ces résultats sont suffisamment importants que pour justifier, dit-il, des épreuves randomisées thérapeutiques pour déterminer ? coup s?r si cette vitamine peut réduire le risque de maladie cardiaque.


article source

Publiť le 19-11-2009




Feed XML