Des cellules musculaires développées en laboratoire permettent de renforcer les sphincters intestinaux

Une nouvelle étude provenant de l'université de Stanford en Californie (USA) montre que des cellules musculaires cultivées en laboratoire peuvent restaurer les capacités des sphincters intestinaux. L'étude qui a été pratiquée chez les chiens et les rats pourra dans un stade ultérieur aider les patients souffrant soit de reflux gastro-oesophagien soit d'incontinence fécale, maladies qui sont provoquées par la faiblesse des sphincters sphincters intestinaux.

Le reflux gastro-oesophagien affecte des millions de personnes, l'incontinence fécale concerne 5 % des adultes de moins de 40 ans, particulièrement les femmes après accouchement. La prévalence de l'incontinence augmente avec l'?ge.

Pour le Dr Pankaj Pasricha, MD, professeur de médecine ? l'université Sandford, un des auteurs de l'étude, parue en décembre 2009 dans le journal médical Gastrointestinal Endoscopy, cette étude représente une nouvelle direction pour le traitement de telles affections. Après injection de cellules musculaires dans ces zones de faiblesse, les cellules musculaires s'intègrent dans le tissu existant et renforcent l'aptitude des sphincters ? se contracter.

Le reflux gastro-oesophagien est habituellement provoqué par une faiblesse du sphincter situé entre l'oesophage et l'estomac. Si les muscles de ce sphincter ne se contractent pas correctement, les nourritures acides provenant de l'estomac peuvent remonter dans l'oesophage et causer des br?lures. Outre les br?lures, la présence constante d'acides provenant de l'estomac peut chez 10 % des patients provoquer un oesophage dit de -Barrett -, se caractérisant par une modification des cellules recouvrant normalement l'intérieur du bas de l'oesophage ( métaplasie glandulaire de l'épithélium ). Cette maladie peut se compliquer d'une sténose ( rétrécissement de l'oesophage ), d'un ulcère chronique et d'une transformation en cancer.

La plupart des reflux et quelques cas d'incontinence fécale peuvent bénéficier de la prise de médicaments et de changement de style de vie. Parfois la chirurgie peut être la seule option chez les patients qui ont des symptômes persistants après traitement médical. La chirurgie inclut la transformation de la structure du sphincter ou l'injection de substances permettant de rendre le sphincter plus petit. Ces procédures chirurgicales pourraient être avantageusement remplacées par la nouvelle procédure qui ne prendrait que 10 minutes, ne nécessiterait pas d'hospitalisation et permettrait un retour au domicile après une heure. Une procédure similaire, dans des études humaines chez des patients souffrant d'incontinence urinaire, améliore la fonction du sphincter vésical.

Selon un commentateur non impliqué dans l'étude, le Dr Peter Kahrilas, DM,, professeur de gastro-entérologie ? l'université de Northwestern, ce concept de culture cellulaire des cellules du patient puis réimplantation en renfort des cellules existantes insuffisantes nécessitera encore beaucoup de travail avant de démontrer sa praticabilité se traduisant en thérapie durable viable.

Le docteur Pasricha espère commencer prochainement des études de ce type de thérapeutique chez des humains souffrant d'incontinence fécale. Les coauteurs de cette étude sont Ron Jankowski, PhD, directeur de recherche, Marie-Adelaide Micci, PhD, professeur assistant de gastroentérologie ? l'Université du Texas et Ijaz Ahmed, DM, professeur assistant de pathologie respiratoire ? cette même université


article source

Publiť le 07-12-2009




Feed XML