Plus de la moitié des cas de maladie d'Alzheimer pourraient Ítre évités

Selon une étude menée par Deborah Barnes, PhD, professeur agrégé de psychiatrie à l'Université de Californie, San Francisco, plus de la moitié des cas de maladie d'Alzheimer pourraient potentiellement être évités par un changement de style de vie ou par la prévention ou le traitement de maladies chroniques.

En analysant des études provenant du monde entier et impliquant des centaines de milliers de participants, cet auteur et son équipe relèvent que les plus grands facteurs de risque modifiables pour la maladie d'Alzheimer sont, dans l'ordre de grandeur descendant, l'inactivité ou l'activité physique réduite, la dépression, le tabagisme, l'hypertension du milieu de vie, le diabète et l'obésité. L'ensemble de ces facteurs de risque est associé à 51 % des cas de maladie d'Alzheimer dans le monde entier et jusqu'à 54 % aux …tats-Unis.

Ce qui est passionnant, pour cet auteur, est que cette étude suggère que quelques changements très simples de style de vie, tels que l'augmentation de l'activité physique ou l'arrêt du tabac pourraient avoir un impact énorme pour empêcher la maladie d'Alzheimer et d'autres démences de par le monde.

Les résultats de l'étude ont été présentés lors de la conférence internationale de l'association de la maladie d'Alzheimer à Paris ( France) et publiés en juillet 2011 dans la revue médicale Lancet Neurology. L'auteur principal avertit cependant que les conclusions de l'étude sont basées sur la conviction qu'il y a association entre chaque facteur de risque et la maladie de d'Alzheimer. Les auteurs présument que le changement de facteurs de risque pourra changer le risque. Ce qui reste à faire est, disent-ils, de vérifier que cette hypothèse est correcte.


article source

Publiť le 22-07-2011




Feed XML