Les risques de la pilule de 3e génération

Selon l'article paru dans le journal Le Monde en date du 14 novembre 2011, le responsable de l'information des patients et du public à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), déclare qu'il y aurait de 20 à 40 décès par an sous pilule de 3ème génération.

Deux études récentes confirment les risques d'accident thromboembolique veineux (formation d'un caillot sanguin dans les vaisseaux). L'étude menée entre 1995 et 2009 par le docteur Ojvind Lidegaard de l'université de Copenhague, qui a suivi huit millions de femmes de 15 à 49 ans. Elle montre que les pilules de troisième génération doublent le risque de thrombose veineuse en comparaison avec les pilules de deuxième génération. L'autre étude publiée par la Food and Drug Administration (FDA) américaine, montre que les pilules de quatrième génération multiplient le risque de thrombose vasculaire de 1,5 à deux fois.

Selon le professeur Gilles Bouvenot, cité par le journal Le Monde, les pilules de troisième génération n'ajoutent aucun progrès thérapeutique par rapport à la pilule de deuxième génération. Dès lors, selon le professeur Bouvenot, la prudence s'impose chez tous les jeunes femmes prenant la pilule de troisième génération même si elle est bien tolérée.

Ces informations confirment ce qui avait déjà été mentionné antérieurement. Ainsi au cours de l'année 1995 des publications anglaises signalent que les pilules de troisième génération montrent un taux nettement plus élevé de thromboses veineuses profondes que les pilules de deuxième génération . En 2002 le British Medical Journal avait fait part d'un rapport des médecins hollandais mettant en garde contre l'usage de la nouvelle pilule de troisième génération. Pour le British Medical Journal - Caution is still justified -
Third generation oral contraceptives . Le site permet de savoir si une pilule est de la deuxième, troisième ou de la quatrième génération .


article source

Publié le 16-11-2011




Feed XML