La greffe de neurones embryonnaires corrige une défaillance métabolique chez la souris

Une nouvelle étude révèle que des neurones immatures prélevés dans des embryons de souris saines peuvent permettre de réparer des circuits neuronaux lésés du cerveau et de partiellement rétablir le métabolisme lorsqu'elles sont transplantées dans des souris adultes ayant une obésité pathologique en raison d'une déficience génétique.

Cette découverte de la preuve du principe est une étape de plus vers l'objectif ultime d'une thérapie par remplacement de neurones qui pourrait un jour servir à réparer des cerveaux lésés par un traumatisme ou une maladie.

Artur Czupryn et ses collègues ont transplanté des neurones immatures d'hypothalamus de cerveau embryonnaire de souris saines dans celui de souris adultes dépourvues de récepteur pour une hormone, la leptine, intervenant dans la régulation de la masse corporelle. Les chercheurs ont observé que les neurones greffés se différenciaient en quatre types de neurones distincts qui établissaient alors des liaisons fonctionnelles dans le cerveau des souris malades. Ces neurones ont apparemment rétabli la voie de signalisation de la leptine dans le cerveau des souris malades car elles ont alors maigri et leur métabolisme a retrouvé des valeurs normales.

Bien que selon les chercheurs la greffe de neurone ne soit pas une approche concrète pour traiter l'obésité, leur étude montre néanmoins que la greffe de neurones prélevés à un stage développemental approprié peut aider à réparer une région du cerveau chargée du contrôle de nombreuses propriétés complexes.

Article : Transplanted Hypothalamic Neurons Restore Leptin Signaling and Ameliorate Obesity in db-db Mice - par A. Czupryn et J.D. Macklis de l'Université de Harvard à Cambridge, MA ; A. Czupryn, J.D. Macklis, Y.-D. Zhou, M.P. Anderson, X. Chen, D. McNay, J.S. Flier et J.D. Macklis de la Harvard Medical School à Boston, MA ; A. Czupryn et J.D. Macklis du Massachusetts General Hospital à Boston, MA ; A. Czupryn du Nencki Institute of Experimental Biology à Varsovie, Pologne ; Y.-D. Zhou, M.P. Anderson, X. Chen, D. McNay et J.S. Flier du Beth Israel Deaconess Medical Center à Boston, MA ; Y.-D. Zhou de la Zhejiang University School of Medicine à Hangzhou, Chine ; D. McNay de l'Université d'Aberdeen à Aberdeen, Ecosse, Royaume-Uni.


article source

Publiť le 30-11-2011




Feed XML