Nouvelle thérapeutique anti allergique

Selon l'article du Dr Saxon et collaborateurs, de l'université de Los Angeles (Californie), publié dans Nature Medicine d'avril 2005, une molécule peut bloquer les allergies dues aux chats, chez les souris (!) de laboratoire mais également chez les cellules humaines cultivées en laboratoire. Selon ces chercheurs les résultats prometteurs pourraient conduire ? une nouvelle thérapeutique non seulement pour les allergies humaines dues aux chats mais également probablement pour d'autres allergies sévères dues ? certains aliments. Le travail a été sponsorisé par l'institut national d'allergie et des maladies infectieuses.

Le traitement sous forme d'injection empêche la libération d'un composé chimique provenant des cellules, l'histamine qui est responsable des divers symptômes d'allergie. Quand une personne allergique aux chats inhale une protéine qui se trouve notamment dans la salive du chat, son système immunitaire répond en secrétant de l'histamine. L'allergie est estimée atteindre 14 % des enfants de six ? dix-neuf ans.

Le traitement est un combiné d'une protéine féline (Fel d1) qui se trouve dans la salive des chats et d'un anticorps humain ( IgG Fcf x1) qui s'attache ? un récepteur cellulaire pour stopper les réactions allergiques. Les investigateurs ont appelé cette molécule chimérique GFD ( gamma féline domesticus).

Le docteur Saxon et ses collègues ont mesuré qu'il avait 90 % d'histamine en moins dans les cultures avec GFD. Ces résultats suggèrent que le GMD prévient la réaction des cellules immunitaires aux allergènes du chat.

La molécule a le potentiel de prévenir les réactions allergiques même longtemps après les injections. Cependant des recherches ultérieures et des tests cliniques doivent être accomplis avant que cela ne puisse être utilisé chez les humains. Les auteurs sont également intéressés ? appliquer cette approche pour développer un traitement préventif pour des allergies sévères alimentaires.



article source

Publiť le 01-04-2005




Feed XML