Percée thérapeutique dans le traitement du poumon du fumeur

Les chercheurs vont débuter des essais cliniques chez les hommes de ce qu'ils espèrent être le premier traitement effectif pour le poumon du fumeur. Le traitement a été effectif chez les souris.

L'obstruction chronique du poumon (BPCO) est une maladie inflammatoire des poumons incluant une bronchite chronique et de l'emphysème. Plus de 90 pour cent des cas sont causés par la cigarette et même lorsqu'un fumeur a cessé de fumer la maladie continue devenant progressivement plus grave jusqu'? ce que le patient généralement décède d'insuffisance respiratoire.

Actuellement il n'est possible que d'essayer d'améliorer les symptômes de la BPCO ( broncho pneumonie chronique obstructive). Les chercheurs n'ont pas réussi ? comprendre pourquoi les stéroides qui sont effectifs dans les inflammations pulmonaires consécutives ? l'asthme, sont impuissants pour traiter la BPCO. Les scientifiques de l'Impérial College de Londres ont fait les premiers pas vers une thérapeutique en découvrant pourquoi cette maladie résiste aux traitements stéroidiens.

Le Pr Peter Barnes, professeur de médecine thoracique, et ses collègues ont examiné le rôle d'un enzyme, l'HDAC2, dans les cellules du poumon. Cet enzyme inhibe les gènes responsables de l'inflammation. Habituellement les stéroides sont capables de faciliter le processus entre l'HDAC2 et les gènes appropriés. Le professeur Barnes a découvert que le taux d'HDAC2 était très bas chez les patients ayant une BPCO et chez qui les stéroides ont peu d'effets. Il a découvert que l'administration d'un médicament très bon marché et très largement répandu, la théophylline, augmentait les taux de l'enzyme et dès lors permettait aux stéroides de traiter la BPCO. La théophylline est un bronchodilatateur utilisé ces dernières 70 années dans l'asthme et chez les patients ayant une BPCO, mais jusqu'? maintenant il n'a jamais été administré qu'? très hautes doses. Les chercheurs ont trouvé que de très petites doses du médicament ont un effet différent; elles activent et augmentent la production de l'HDAC2. Dès lors les auteurs pensent être capables d'empêcher que les patients ayant une BPCO aillent de plus en plus mal et permettre également qu'ils aillent mieux.

Cette médication pourrait aussi avoir des bénéfices importants notamment dans l'arthrite rhumatoide et le psoriasis o? les patients ont cessé de répondre aux stéroides et de voir si de petites doses de théophylline pourraien être utiles dans ces cas.



article source

Publiť le 20-04-2005




Feed XML