Le système immunitaire peut être entra?né ? délivrer des virus permettant de détruire des cancers

Les chercheurs d'une équipe internationale de la Mayo Clinic ont con?u une technique qui utilise les propres cellules de l'organisme associées ? un virus pour détruire les cellules cancéreuses ayant essaimé hors des tumeurs primaires vers d'autres parties du corps. Le virus de la stomatite vésiculaire cible et détruit les cellules cancéreuses en laissant les cellules normales intactes.

Cette étude montre en outre que la technologie pourrait être la base d'un nouveau vaccin contre le cancer afin de prévenir la récurrence de celui-ci.

L'étude a été publiée le 9 décembre 2007 dans la revue Nature Medicine. Elle n'a pas encore été reproduite chez l'homme, mais elle est importante parce qu'elle décrit un nouveau traitement potentiel et une nouvelle manière de prévenir la propagation de cancers chez les patients.

Selon le Dr Richard Vile, Ph.D., spécialiste travaillant ? la Mayo Clinic tant que des essais cliniques n'auront pas été effectués, il est difficile d'être certain que les résultats trouvés dans les modèles de souris puissent se traduire clairement ? l'homme.

Dans les cancers du sein, du côlon, de la prostate, de la tête, du cou et de la peau, la croissance des tumeurs secondaires pose souvent plus de grands problèmes aux patients que la tumeur primitive. Le pronostic chez les patients dépend souvent du degré d'envahissement des lymphatiques et du degré de propagation du cancer.

Le docteur Vile et ses collègues ont pensé qu'ils pourraient contrôler la propagation des cancers en manipulant le système immunitaire. Pour pouvoir se servir du virus les chercheurs ont prélevé des cellules de l'organisme d'une souris saine et les ont chargé avec le virus. Une fois ces cellules remises en circulation dans l'organisme le virus s'est détaché et a sélectivement choisi les cellules tumorales pour se diviser et diminuer le taux de cellules tumorales.

Le procédé utilisé dans cette étude a déclenché une réponse immunitaire, ce qui signifie qu'il pourrait être utilisé comme vaccin contre le cancer afin de prévenir les récidives.

Cette technique a permis le traitement avec succès de différentes cellules provenant de trois maladies : le mélanome, le cancer du poumon et le cancer colo-rectal.

Extraire les cellules de l'organisme, leur adjoindre un virus et les réinjecter chez les patients est actuellement déj? utilisé dans un processus similaire qui permet d'attacher des traceurs radioactifs ? des cellules pour trouver la source d'infection de patients. Pour les auteurs il s'agit donc d'une technologie relativement facile ? transposer chez l'homme.


article source

Publiť le 26-12-2007




Feed XML