La chirurgie sur coeur battant est devenue possible gr?ce ? la robotique

Une équipe fran?aise de l'hôpital universitaire de Montpellier a développé un modèle d'ordinateur 3D qui permet aux chirurgiens d'utiliser la robotique pour opérer un coeur battant. Le travail a été publié dans le journal médical International Journal of Robotics Research en novembre 2009.

La technique robotique prédit le mouvement du coeur lors d'un battement permettant aux outils chirurgicaux de bouger de concert avec chaque battement. Cela veut dire que le chirurgien peut pratiquer une procédure chirurgicale comme si le coeur était au repos.

Ce développement pourrait être très important pour des millions de patients chez qui une chirurgie moins invasive serait utile, l'arrêt du coeur pouvant causer un risque non nécessaire.

Rogerio Richa, Philippe Poignet et Chao Liu du laboratoire informatique et robotique de l'université de Montpellier ont développé un modèle automatisé tridimensionnel qui dépiste le mouvement du coeur. De plus ce modèle tient compte du mouvement de la paroi thoracique du patient pendant la respiration. Cette nouvelle approche automatisée permet au bras robotique de s'ajuster continuellement aux mouvements du coeur et du thorax pendant l'acte chirurgical.

Ces dernières 10 années, les bras robotiques sont devenus essentiels dans beaucoup de procédures chirurgicales, y compris en microchirurgie et dans les opérations qui exigent des mouvements extrêmement fins. Cependant ces machines empêchent également les chirurgiens d'employer leur sens de contact et de coordination pour s'ajuster aux environnements en pleine mutation. Ce nouveau modèle généré par ordinateur permet au chirurgien de se concentrer sur la suture sans devoir s'ajuster ? la surface mobile. Finalement, cette percée aura beaucoup d'applications potentielles comprenant la chirurgie du coeur, la chirurgie des coronaires et beaucoup d'actes chirurgicaux concernant le cerveau.

Ce développement important va permettre aux chirurgiens de pratiquer des interventions moins invasives qui ne sont pas vitales mais qui requièrent un haut degré de précision et qui peuvent avoir des conséquences en termes de qualité de vie chez les patients. A ce jour peu de patients re?oivent ces techniques étant donné le risque de complications pendant la chirurgie qui est supérieur aux bénéfices attendus.


article source

Publiť le 11-12-2009




Feed XML