Début prochain des essais d'utilisation d'une artère artificielle

L'hôpital royal de Londres a utilisé la nanotechnologie pour développer une petite greffe de dérivation ? partir de polymères. Le matériel constituant l'artère artificielle permet d'imiter la contractilité normale des vaisseaux sanguins humains, ce qui permet de délivrer le flux sanguin aux tissus corporels.

Le but final est d'utiliser cette nouvelle artère artificielle comme substitut de l'artère coronaire bouchée ou comme substitut pour la chirurgie artérielle des membres inférieurs, ce qui selon les médecins pourrait réduire le nombre d'amputations nécessaires et le nombre de crises cardiaques. Si ces essais, qui seront conduits début 2010, sont concluants cette prothèse pourrait potentiellement aider des milliers de patients souffrant de maladie vasculaire.

La paroi des artères supporte la pression artérielle pendant toute la vie et est particulièrement solide. Si elle est endommagée par une maladie comme le durcissement des artères celles-ci peuvent se bloquer chez certains patients ou la paroi artérielle peut s'affaiblir provoquant un anévrisme et son éventuelle rupture.

Le traitement chirurgical courant est la dérivation ou le remplacement de l'artère endommagée en utilisant une greffe en plastique ou de préférence en utilisant une veine provenant de la jambe du patient. Cependant beaucoup de patients n'ont pas les veines appropriées.

Les greffons plastiques employés fonctionnent bien pour de grandes greffes mais beaucoup moins bien pour des greffes de moins de 8 millimètres de diamètre étant donné que ces greffes ne savent pas se contracter et que leur surface stimule la coagulation du sang dans la greffe.

Selon le Dr Professeur George Hamilton le taux d'échec de ces greffes de faible diamètre est très important. Beaucoup de patients qui ont besoin de greffes de petit diamètre et qui n'ont pas les veines souhaitables doivent être amputés et certains patients incapable d'avoir une chirurgie de dérivation coronaire souffrent d'attaques cardiaques et décèdent.

La nouvelle artère artificielle a été con?ue pour mimer la version naturelle aussi étroitement que possible. Elle est forte, flexible, résistante aux processus de coagulation sanguine et peut suivre les impulsions rythmiques pour s'assortir aux battements cardiaques. A long terme, l'espoir de l'équipe médicale est de développer une gamme de greffes - disponibles immédiatement -, de stents et d'autres dispositifs.


article source

Publiť le 04-01-2010




Feed XML