Réguler l'inflammation préviendrait le cancer du côlon?

Chaque jour notre intestin est en contact avec des bactéries qui provoquent une réponse inflammatoire basique qui est bien tolérée et hautement contrôlée. Cependant dans certains cas, l'inflammation échappe ? tout contrôle, ce qui peut conduire ? une maladie inflammatoire de l'intestin et prédisposer au cancer du côlon. La Caspase-1, protéine importante impliquée dans le mécanisme de l'inflammation, a longtemps été considérée comme l'un des coupables se cachant derrière l'inflammation excessive dans le côlon. La Dre Maya Saleh, chercheuse ? l'Institut de recherche du CUSM, et ses collègues suggèrent le contraire dans leur nouvelle étude.

Les chercheurs du CUSM/McGill ont démontré que la Caspase-1 joue un rôle crucial dans la régulation de l'inflammation et la réparation des tissus de l'intestin. Mais l'excès de toutes bonnes choses peut parfois être néfaste. Ils ont également prouvés que si la Caspase-12 - protéine qui bloque la Caspase-1 - est absente, le mécanisme de l'inflammation échappe ? tout contrôle. Les résultats récemment publiés dans le journal Immunity, ouvrent la porte ? une compréhension plus approfondie et une stratégie de traitement plus ciblé pour traiter des maladies liées ? une inflammation de l'intestin et prévenir certains cancers.

Cette découverte est d'un intérêt majeur d'un point de vue thérapeutique car depuis la fin des années 1990, la plupart des compagnies pharmaceutiques développent des inhibiteurs de la Caspase-1 dans le but de soulager les symptômes de la colite. Cependant l'équipe du Dre Saleh a observé que l'inhibition ou l'enlèvement de la Caspase-1 n'est pas protecteur et cause une réaction inflammatoire intense menant ? des cas de colites sévères.

La Caspase-1 est nécessaire pour maintenir la barrière intestinale et la réparer si elle est ab?mée. Elle agit en stimulant la prolifération des cellules qui tapissent la barrière de l'intestin et en comblant le site de la lésion ou d'un ulcère. Cette barrière nous protège des bactéries qui colonisent notre intestin, explique Dre Saleh. Sans elle, ces bactéries envahissent les tissus profonds et déclenchent une inflammation persistante.

Selon la Dre Saleh, l'absence de Caspase-12 entraine une multiplication de cellules incontrôlée et un risque plus élevé de cancer du côlon. En effet, si la Caspase-1 n'est pas régulée cela peu mener ? l'apparition de tumeurs, livre Dre Saleh.

Notre défi est ? présent d'approfondir nos recherches sur l'action des Caspases dans la réponse immunitaire et également de voir si elles jouent un rôle dans d'autres types de cancer.

Dre Maya Saleh est chercheuse ? la division des soins intensifs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et professeure adjointe ? la Faculté de médecine de l'Université McGill.

L'article -Control of Intestinal Homeostasis, Colitis, and Colitis-Associated Colorectal Cancer by the Inflammatory Caspases,- publié dans le journal Immunity a été coécrit par Jeremy Dupaul-Chicoine, Garabet Yeretssian, Karine Doiron, Philippe M. LeBlanc, Christian R. McIntire, et Maya Saleh de l'Insitut de recherché du CUSM et de l'Université McGill, Charles Meunier, Claire Turbide, Nicole Beauchemin et Philippe Gros, de l'Université McGill et Kirk S.B. Bergstrom et Bruce A. Vallance de l'Université de la Colombie-Britannique et BC Children's Hospital.


article source

Publiť le 26-03-2010




Feed XML