Diagnostic plus précoce de la maladie d'Alzheimer par l'usage des ordinateurs

Les ordinateurs peuvent diagnostiquer la maladie d'Alzheimer plus rapidement et plus exactement que les experts selon les résultats des chercheurs de l'université de Londres. Ceux-ci affirment que leur travail peut aider ? s'assurer que les patients soient diagnostiqués plus tôt, augmentant ainsi les chances d'un traitement efficace.

Leur étude, publiée dans le journal médical Brain, montre que les ordinateurs peuvent identifier les dommages au cerveau causés par la maladie d'Alzheimer avec une acuité de 96 %. Actuellement un diagnostic définitif n'est possible qu'après le décès.

On diagnostique actuellement cette maladie en utilisant une combinaison de scanners du cerveau, d'analyses de sang et d'entretiens avec les patients. La distinction de la maladie d'avec d'autres formes de démences est difficile, prend du temps et l'exactitude du diagnostic n'est en définitive seulement que de 85 %.

La nouvelle méthode fonctionne en apprenant ? un computeur standard les différences entre les scanners du cerveau provenant de patients souffrant de la maladie d'Alzheimer et des personnes n'ayant aucun signe de la maladie. Ces deux conditions peuvent être rencontrées avec un haut degré d'acuité ? partir des images d'un simple examen par résonance magnétique.

Les résultats selon le Professeur Richard Frackowiak, montrent que l'avantage de l'utilisation des ordinateurs est qu'ils sont peu onéreux, rapides et plus précis que les méthodes habituelles de diagnostic. La nouvelle méthode peut faire un diagnostic objectif sans la nécessité d'une intervention humaine. Cela sera particulièrement attrayant dans les zones du tiers monde o? il y a un déficit en cliniciens qualifiés et o? un diagnostic fiable normalisé est nécessaire comme par exemple lors d'essais de médicaments.

Le Dr Frackowiak souligne que puisque les symptômes n'apparaissent qu'après que des dég?ts considérables du cerveau se soient déj? produits, il est important de faire un diagnostic précis très tôt pour augmenter les chances de prévenir effectivement des détériorations futures.

Le pas suivant, pour les auteurs, est de voir comment la technique peut être utilisée et si elle est fiable pour suivre la progression de la maladie chez un patient. Alors cet outil puissant, non invasif pourra servir ? tester l'efficacité de nouveaux médicaments de manière rapide sans la nécessité d'essais cliniques importants et très co?teux.


article source

Publiť le 03-03-2008




Feed XML