Percée dans la compréhension du lien entre l'obésité et le diabète



Une équipe de chercheurs dirigés par le professeur Helena Endlund de l'université Umea a accompli une percée dans la compréhension du mécanisme qui conduit l'obésité ? augmenter les taux d'insuline, de sucre, de graisses sanguines causant des maladies comme le diabète de type 2. La découverte implique également un moyen pour prévenir cette maladie.

Aujourd'hui l'obésité est épidémique dans le monde industriel causant des maladies comme l'hypertension, le diabète de type 2 qui ? leur tour peuvent engendrer des désordres cardio vasculaire. L'obésité est aussi associée avec l'augmentation du risque de divers cancers.

Aux états-Unis les générations futures pourraient bien être les premières de l'histoire moderne ? avoir une espérance de vie plus faible que celle de leur parents, ce qui est considéré comme un désastre médical.

La recherche actuelle publiée dans le journal Cell Metabolism amène une percée dans la compréhension du r?le de l'obésité dans la connexion entre ces diverses maladies. Le travail a été effectué ? l'université Umea et ? l'institut des sciences Weizman en Isra?l.

L'obésité conduit ? des taux élevés d'acides gras libres qui sont stockés et convertis en graisses dans les tissus. Un récepteur de surface récemment découvert pour les acides gras libres, appelé GPR40, est chez les souris présent dans les cellules produisant l'insuline. Les souris qui mangent une nourriture riche en calories prennent du poids rapidement et ont des perturbations de leurs taux sanguins d'insuline, de graisses et de sucre et développent un diabète 2. Les auteurs ont trouvé que les souris qui n'avaient pas ce type de récepteur restèrent en bonne santé et prirent du poids avec un régime riche en calories mais les souris furent protégées des complications et des maladies que l'obésité provoque.

Cette découverte indique donc que l'obésité conduit ? des taux élevés d'acides gras libres qui stimulent la sécrétion d'insuline via les récepteurs GPR40 ce qui contribue au développement de la maladie. En inactivant GPR40 les animaux furent protégés. GPR40 appartient ? une classe de récepteur ciblée par beaucoup de médicaments. Les substances qui bloquent ces récepteurs sont des candidats ? être les médicaments pour prévenir, soigner le diabète et les autres complications de l'obésité.



article source


Publiť le 13-04-2005


Feed XML