L'herceptine plus de la chimiothérapie améliorent le temps de survie libre de maladie des patientes souffrant de cancers du sein débutants



La nouvelle modalité thérapeutique élimine la toxicité cardiaque. Selon une large étude internationale, l'accouplement de la thérapeutique par l'herceptine avec la chimiothérapie chez les patientes ayant un cancer du sein débutant augmente significativement l'espace de vie libre de maladie des femmes qui ont un test positif pour une mutation génétique qui provoque une forme particulièrement agressive de la maladie

L'étude a éliminé de la chimiothérapie l'adriamycine, une anthracycline utilisée de manière courante pour traiter le cancer du sein, qui combinée avec l'herceptine peut provoquer des problèmes cardiaques. Cette modalité a également significativement amélioré la survie

Cette étude du Breast Cancer International Research Group (BCIRG) est la 4ème large étude internationale qui montre que l'herceptine accompagnée d'une chimiothérapie réduit de manière significative le risque de récidive de la maladie cancéreuse du sein. Elle a été présentée au congrès sur le cancer du sein ? San Antonio par le docteur Dennis Slamon.

L'herceptine est efficace chez les patientes HER-2 positives, ce qui représente environ un cas sur quatre. Les patientes ayant une forme HER-2 positive du cancer du sein ont une forme particulièrement agressive de la maladie ayant un pronostic sombre et un intervalle de vie plus court selon le docteur Slamon qui a découvert le lien entre l'HER-2 et le cancer du sein agressif en 1987.

L'étude a concerné 3.222 femmes ayant un cancer du sein HER-2 positif entre mars 2001 et février 2004. Elle a montré selon les protocoles entre 39 et 51 % d'améliorations. L'étude a également montré deux autres caractéristiques importantes. L'association avec l'adriamycine qui conduit ? des problèmes cardiaques chez certaines patientes était considéré comme étant transitoire. Cependant cette nouvelle étude montre que la toxicité cardiaque a été significative et pouvait exister plus de dix-huit mois après la date du dernier follow up. Même sans adriamycine le résultat de la nouvelle modalité thérapeutique a été de 39 %. Ce qui donne aux médecins et aux patientes s'inquiétant des possibles problèmes cardiaques une option supplémentaire. L'autre découverte importante est que chez un certain nombre de femmes HER-2 positives (environ 35 %) il y a également une amplification d'un gène appelé topo II sensible ? l'adriamycine. Les patientes dont le test est positif ? la fois pour HER-2 et topo II peuvent dès lors opter pour un régime avec l'adriamycine, le risque cardiaque étant compensé par une meilleure réponse ? la thérapeutique.

Au centre anticancéreux Jonsson de l'Université de Californie - Los Angeles (UCLA), les médecins testent actuellement l'herceptine en combinaison avec d'autres thérapeutiques comme les inhibiteurs de l'angiogénèse. Ce qui selon le docteur Slamon pourrait être le futur de la thérapeutique anticancéreuse du sein en éliminant la chimiothérapie, offrant ainsi des thérapies améliorées en efficacité avec peu ou pas de toxicité.

Le risque cardiaque


article source


Publiť le 21-08-2006


Feed XML