Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML


Infos
Syndication
Contenus
Fil Santé



L'ablation des ovaires avant la ménopause augmente le risque de maladie de Parkinson et de parkinsonisme


Les chercheurs de la Mayo Clinic dans un article publié le 29 août 2007, dans la revue médicale Neurology ( le journal médical de l'académie américaine de neurologie ), montrent que les femmes à qui l'on a enlevé un ou les deux ovaires avant la ménopause ont un risque à long terme augmenté de maladie de Parkinson et de plusieurs affections connues sous le terme de parkinsonisme. Pour les protéger de ces affections une thérapeutique de remplacement par les oestrogènes de synthèse peut être justifiée chez les femmes à qui on a ôté les ovaires avant la ménopause ( les ovaires sont responsables de la production d'oestrogènes ).

Bien que des études ultérieures soient nécessaires pour valider les résultats et clarifier leurs implications cliniques, cette recherche de la Mayo Clinic est parmi les premières à suggérer qu'il y a une fenêtre thérapeutique liée à l'âge pour entreprendre une thérapeutique de remplacement par les oestrogènes de ménopause. Avant 50 ans la thérapeutique de remplacement est salutaire pour la fonction cérébrale des femmes dont on a enlevé les ovaires. Cette large étude a concerné approximativement 4600 femmes.

Signification de la recherche de la Mayo Clinic

Avant le rapport de la Mayo Clinic les avis étaient partagés à propos de la capacité des oestrogènes à protéger la fonction cérébrale des femmes. La recherche de la Mayo Clinic montre que non seulement les femmes à qui on a enlevé un ou les deux ovaires avant la ménopause ont une augmentation du risque de la maladie de Parkinson par rapport aux autres femmes mais que ce risque augmente au plus l'âge de l'ablation a été précoce.

Selon le Dr Wolter Rocca neurologue et principal auteur de l'étude, la décision d'enlever les ovaires pour une maladie bénigne ou pour prévenir le cancer et la décision de prendre une thérapeutique de remplacement par les oestrogènes pendant un certain nombre d'années doit être une décision individualisée pour chaque femme.

La chirurgie a des avantages et des désavantages connus. Les résultats actuels supportent le concept d'une fenêtre thérapeutique avant l'âge normal de la ménopause soit de 50 à 55 ans lorsque les bénéfices de la neuro protection surpassent les risques des effets secondaires de la thérapeutique oestrogénique.

Basés sur les résultats d'autres études, les chercheurs de la Mayo Clinic disent également qu'après l'âge de 55 à 60 ans la balance entre les avantages et désavantages à commencer une thérapeutique oestrogénique est incertaine et que le risque d'effets secondaires tels que l'augmentation de cancers et d'accidents vasculaires cérébraux augmente progressivement avec l'âge. Il y a suffisamment d'arguments provenant d'autres études qui indiquent que débuter un traitement oestrogénique après l'âge de 60 à 65 ans n'est pas recommandable.

Implications pour les patients


Selon le Dr Bobbie Gostout, M.D., gynécologue à la Mayo Clinic, une femme avant une éventuelle ablation ovarienne devrait discuter de ces résultats avec son médecin et prendre en considération les implications à long terme et les stratégies éventuelles de thérapeutique oestrogénique après la chirurgie. En fonction de cette nouvelle information une individualisation soigneuse est nécessaire pour aider les femmes à s'informer des décisions à prendre . Selon cet auteur à moins que des contre-indications claires soient présentes, la plupart des femmes, si les ovaires doivent être enlevés, devraient être avisées de commencer une thérapeutique oestrogénique après chirurgie et de la continuer jusqu'à approximativement l'âge de 50 ans. Une situation plus difficile survient lorsque un seul ovaire doit être enlevé chez une jeune femme. Traditionnellement on pensait que l'ovaire subsistant compensait la production hormonale. Les résultats de cette étude nous disent de contrôler de manière soigneuse les femmes pour dépister une insuffisance oestrogénique, mais pour le moment on ne sait pas quand ni comment compenser les changements hormonaux survenant lorsqu'un seul ovaire est enlevé.

article source

Publié le 04-09-2007



Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Des sous-produits du cholestérol bloquent les bénéfiques cardiaques des oestrogènes Lire
Le rôle secret des oestrogènes dans la génèse de l'obésité Lire
Les oestrogènes sont également importants pour la santé osseuse des hommes Lire
Impact de la prise de progestatifs oraux seuls avant la ménopause sur le risque de cancer du sein Lire





Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire (copier-coller un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici le(s) Mot(s) clef(s) de cet article :
ménopause , oestrogènes , Parkinson ,

Google
 

















Version Imprimer

Zoom

04-10-2007
La consommation d'alcool, bières, vins ou liqueurs augmente le risque de cancer du sein
Lire Zoom

14-09-2007
La pilule contraceptive diminue le risque de cancer pendant les 8 premières années
Lire Zoom

Brèves

13-09-2007
Une nouvelle étude montre un lien entre le diabète et le sirop de maïs à contenance élevée en fructose
Lire Zoom

14-09-2007
Le syndrome de fatigue chronique est relié à un infection par entérovirus
Lire Zoom

19-09-2007
Inhibition de la croissance du cancer de la prostate par l'utilisation d'extraits de raisins muscat
Lire Zoom

21-09-2007
Influence des colorants et additifs alimentaires sur l'hyperactivité infantile
Lire Zoom

01-10-2007
L'imagerie cérébrale révèle le mécanisme de passage de l'inconscient au conscient
Lire Zoom

03-10-2007
Relations entre la prise de suppléments de calcium et les événements cardio vasculaires
Lire Zoom

09-10-2007
Nouveau mode de distribution des médicaments dans l'organisme
Lire Zoom

11-10-2007
Une étude révèle comment les cellules souches décident de devenir soit des muscles squelettiques soit des muscles lisses
Lire Zoom