Près de 90 % des hommes ayant un implant pénien sont capables d'avoir des relations sexuelles

Selon une publication, parue dans la dernière édition de Janvier 2006 du British J Urology International, huit hommes sur dix ayant re?u un implant sont satisfaits des résultats obtenus.

Les chercheurs du St Peter's Hospital et de l'Institut d'Urologie ? Londres ont suivi pendant une période de vingt-cinq ans 447 hommes ayant re?u au total 504 implants. L'?ge moyen de ces hommes était de 52 ans (21 ? 78). Selon l'auteur principal de l'article, le docteur Andrea Minervini, tous les hommes ne peuvent ?tre traités médicalement. Les implantations de prothèses péniennes demeurent un traitement effectif en particulier chez les patients ayant une dysfonction érectile irréversible.

Cette large étude apporte une information sur plus de 500 interventions pratiquées entre 1975 et 2000, en utilisant une dizaine de prothèses péniennes différentes.

Les raisons majeures justifiant en cette intervention furent :

- Les patients souffrant de diabète (27 %) et de maladies vasculaires (26 %). Les autres raisons ont inclus la chirurgie pelvienne radicale et des lésions de la moelle épinière.

- Le taux de satisfaction des patients fut élevé : 89 % d'entre eux affirmèrent ?tre capable d'avoir des relations sexuelles et 80 % se sont déclarés satisfaits des résultats finaux de l'intervention.

- La non satisfaction fut la plupart du temps causée par l'obligation d'enlever la prothèse pour des problèmes tels que des infections ou des insuffisances mécaniques des prothèses.

- 24 % des hommes ont eu des complications postopératoires. Les complications mineures ont inclus des rétentions urinaires pendant une courte période et des infections superficielles. Les complications majeures ont inclus des infections de la prothèse et des insuffisances de fonctionnement du matériel implanté.

- Le taux des complications a varié selon le type de prothèse installée et la nature des problèmes de santé préliminaires des patients. Par exemple les hommes ayant eu un traumatisme pelvien ont eu davantage d'infections de la prothèse que les autres.

Les avancées thérapeutique récentes de traitement médical des problèmes de dysfonction érectile ont amené beaucoup d'hommes ? préfèrer ces alternatives moins invasives que les implantations péniennes. Cependant selon l'auteur principal les prothèses péniennes ont encore un important r?le ? jouer et restent la technique de référence pour des patients ayant une dysfonction érectile irréversible.


Article Source

Publiť le 09-01-2006




Feed XML