Lien entre la pollution atmosphérique et la fréquence des conséquences cardio vasculaires chez les femmes

La pollution atmosphérique par les fines particules a été reliée aux maladies cardio vasculaires mais les études antérieures n'ont évalué que les différences de mortalité en fonction des taux de pollution de différentes agglomérations.

Les auteurs, Kristin A. Miller, M.S., et collaborateurs du département d'épidémiologie de l'université de Washington, dans le travail publié en février 2007 par le New England Journal of Medicine ont évalué l'association de l'exposition ? long terme par les très fines particules atmosphériques avec les événements cardio vasculaires.

Ils ont suivi 65.893 femmes post ménopausées sans antécédents de maladies cardio vasculaires, dans 36 agglomérations américaines de 1994 ? 1998. Au total 1816 femmes ont eu un événement cardio vasculaire fatal ou non fatal confirmé par la tenue de dossiers médicaux. Ces événements ont inclus les décès d?s aux maladies des coronaires, aux maladies cérébro vasculaires, aux revascularisations coronariennes, aux infarctus et aux attaques cérébrales.

A chaque augmentation du taux de pollution atmosphérique fut associée une augmentation du risque d'événements cardio vasculaires. L'augmentation de 10 microg par mètre cube du taux en fines particules atmosphériques fut associée ? une augmentation de 24 % des événements cardio vasculaires et ? une augmentation de 76 % du risque de décès dus ? ceux-ci.

En conclusion, selon les résultats des auteurs, la pollution atmosphérique par de fines particules est liée ? l'incidence des maladies cardio vasculaires et aux décès consécutifs chez les femmes post ménopausées.


Article Source

Publiť le 14-03-2007




Feed XML