Dépistage du cancer du poumon par un appareil qui teste la respiration

L'appareil grand comme une pièce de monnaie n'est pas cher et n'est pas difficile ? employer. Selon les médecins de la clinique Cleveland il pourrait révolutionner la manière de détecter le cancer du poumon et potentiellement sauver des vies.

Les experts savent depuis de nombreuses années que la composition chimique de la respiration d'une personne change lorsqu'elle développe un cancer du poumon. Les chiens sont capables de faire la distinction entre la respiration des personnes porteuses d'un cancer du poumon de celle des personnes saines.

Les cellules du cancer du poumon produisent des composés chimiques volatils (VOCs) qui passent dans le flux respiratoire. Dans le passé, les scientifiques ont utilisé des machines hautement performantes comme la chromatographie en phase gazeuse pour lire ces VOCs avec une acuité extr?me. Mais ces machines sont très onéreuses et nécessitent un personnel spécialement entra?né pour pouvoir interpréter les résultats. En comparaison le système actuel coloré est bon marché et facile ? lire car les couleurs de l'appareil changent selon la composition chimique contenue dans la respiration.

Les chercheurs conduits par le Dr Peter Mazzone ont utilisé le testeur colorimétrique pour étudier la respiration de 112 personnes ayant différents types de cancers du poumon ainsi que de 21 personnes saines. L'appareillage fut capable de détecter la présence des cancers dans les trois-quarts des cas des personnes ayant un cancer du poumon m?me s'il ne s'agissait que de tumeurs très précoces.

Selon les auteurs, ceci est crucial car les cancers du poumon sont souvent silencieux dans la première étape les rendant ainsi difficiles ? ?tre dépistés ? un stade qui permettrait de les traiter de manière efficace.

Pour le Dr Jesme Fox, il y a un besoin urgent de développer des moyens de diagnostic pour dépister les cas précocement. Actuellement les gens consultent lorsqu'ils ont des sympt?mes ou ? cause d'une découverte de hasard lors d'une radiographie pulmonaire. Dès lors que les diagnostics sont tardifs le pronostic de survie ? cinq ans du cancer du poumon n'est que de 7 %. Si le diagnostic était plus précoce les patients auraient une bonne chance de survie. Pour ce commentateur le test respiratoire est prometteur car facile ? utiliser et non invasif. Il faudra cependant, selon lui, plus de développements avant qu'il ne puisse devenir cliniquement disponible.


Article Source

Publiť le 16-03-2007




Feed XML