Des thérapies complémentaires de l'infertilité féminine pourraient réduire les chances de grossesse

Selon l'exposé du Dr Jacky Boivin, présenté au 23ème congrès annuel de la société européenne de la reproduction humaine ? Lyon en juillet 2007, les thérapies complémentaires ? la reproduction assistée peuvent diminuer l'efficacité des traitements médicaux les femmes infertiles.

Le Dr Jacky Boivin de l'école de psychologie de l'université de Cardiff montre que sa recherche suggère que les femmes qui ont utilisé des thérapies complémentaires sont plus négativement affectées par leurs problèmes de fertilité que les non utilisatrices et que ceci est ? prendre en compte pour expliquer leur désir d'utiliser des thérapies complémentaires qui n'ont pas été prouvées améliorer la fertilité.

Selon l'auteur beaucoup de femmes usent de thérapies alternatives ou complémentaires pour résoudre leurs problèmes de fertilité m?me lorsqu'il y a peu de chances qu'elles soient efficaces.

Il est cependant difficile de savoir si ces personnes utilisent un de ces produits pour réduire leur stress ou pour augmenter leurs chances de devenir enceintes. Le Dr Boivin et un collègue de l'université de Copenhague, le Dr Lone Schmidt ont étudié les femmes ayant fait ces choix dans l'espoir d'?tre ensuite capable de mieux les informer sur l'efficacité de ces thérapeutiques et sur les autres options pour devenir enceintes et réduire le stress de l'infertilité.

L'étude a montré que les femmes qui utilisent ces produits complémentaires comme par exemple la réflexologie et les suppléments nutritionnels, ont un taux de succès de grossesse de 20 % inférieur pendant la période thérapeutique suivie de 12 mois. Cette découverte, selon les auteurs, ne permet pas de faire un lien direct causal entre l'utilisation de ces produits et le taux de grossesses. Il se pourrait que les thérapies complémentaires diminuent l'efficacité des interventions médicales, ainsi que cel? a été montré dans des recherches précédentes. Ou bien il se pourrait simplement que les échecs thérapeutiques persistants encouragent les femmes ? rechercher d'autres solutions pour devenir enceintes.

Les auteurs ont l'intention de suivre ce m?me groupe de femmes pendant une période de cinq ans et de colliger le taux de grossesses ? long terme. Ils estiment qu'il est important de pratiquer ce suivi parce qu'au fil des échecs thérapeutiques les femmes pourraient devenir de plus en plus susceptibles de répondre ? des publicités concernant des produits de remplacement d'efficacité non prouvée.


Article Source

Publiť le 05-07-2007




Feed XML