Une supplémentation en sélénium pourrait augmenter le risque de diabète de type 2

Selon une étude publiée par les chercheurs de l'université de Buffalo en juillet 2007, le sélénium, un antioxydant inclus dans les tablettes de multivitamines que l'on pensait avoir une action protectrice possible contre le développement du diabète de type 2, pourrait augmenter les risques de développer cette maladie.

L'étude clinique randomisée utilisant 200 microg de sélénium a montré une augmentation de 55 % de la fréquence des cas de diabète 2 chez les patients recevant le sélénium en comparaison avec ceux recevant un placebo. Les résultats du Dr Saverio Stranges, M.D., Ph.D., et collaborateurs au Roswell Park Cancer Institute para?tront dans le journal médical Annals of Internal Medicine du mois d'ao?t 2007.

Selon l'auteur les résultats sont très intéressants mais doivent ?tre considérés avec précaution. Les participants ayant pris une supplémentation de sélénium et ayant les taux les plus élevés de sélénium au début de l'étude ont eu le risque le plus important de développement d'un diabète de type 2 pendant la période d'observation de 7,7 années. Dans la population générale peu de personnes prennent des suppléments de sélénium seul, chaque jour, pendant près de 8 années. Dès lors les auteurs pensent que ces résultats peuvent ne pas concerner le public en général.

Le message le plus important est peut-?tre qu'une grande proportion de la population, environ 50 %, prend des multivitamines, m?me s'il n'y a aucune évidence que la prise de multivitamines aide ? prévenir des maladies chroniques chez les gens en bonne santé. Dans nos contrées on peut trouver tous les oxydants nécessaires dans les fruits et légumes.

L'étude sélénium - diabète a concerné 1.202 personnes ( 600 personnes ont pris le sélénium et 602 ont re?u un placebo ), qui n'avaient pas de diabète de type 2 lorsqu'ils ont débuté leur participation ? l'essai clinique. Les résultats ont montré que 97 participants ont développé un diabète de type 2 pendant la période de l'étude, 58 dans le groupe sélénium et 39 dans le groupe placebo. Il n'y eut aucune différence concernant l'?ge, le sexe, le status fumeurs et l'indice de masse corporelle.

Pour le moment les auteurs ne connaissent pas le ou les mécanismes mis en jeu par cette découverte. Selon l'auteur ces résultats nécessitent d'?tre retrouvés dans des études cliniques plus larges avant que des conclusions puissent ?tre tirées et de savoir si des doses élevées de supplément en sélénium augmenteraient le risque de diabète de type 2 comme cette étude le suggère.


Article Source

Publiť le 15-07-2007




Feed XML