Une protéine pourrait prévenir ou traiter certaines maladies de l'oeil

Une protéine spécifique pourrait emp?cher les vaisseaux sanguins de provoquer des dommages oculaires et causer la perte de la vision.

Les chercheurs de l'université de l'Utah, ont publié les résultats de leur étude dans le journal médical Nature Medicine. Cette recherche a des implications dans des maladies comme la dégénérescence maculaire et la rétinopathie diabétique, maladies communément associées ? des problèmes des vaisseaux sanguins.

Les maladies comme la dégénérescence maculaire et la rétinopathie diabétique sont des problèmes oculaires fréquents chez les personnes ?gées et impliquent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux.

Les chercheurs avaient déj? identifié une protéine appelée Robo4, qui appara?t jouer un r?le important dans le développement de vaisseaux sanguins stables.

La protéine fut activée chez des souris pour miner les effets de la dégénérescence maculaire reliée ? l'?ge ainsi que la rétinopathie diabétique. Les scientifiques ont pu constater que les dommage des vaisseaux sanguins étaient prévenus et dans certains cas renversés.

Bien que le m?me principe n'a pas été prouvé fonctionner chez les humains ou qu'un médicament pourra ?tre développé sans effets secondaires, il s'agit selon les chercheurs d'une percée majeure.

Selon le Professeur Randall Olson, directrice du centre oculaire John Moran ? l'université de l'Utah, cette ouverture peut mener vers un réel espoir pour les patients qui, pour le moment n'ont souvent que peu d'options thérapeutiques qui en outre sont fréquemment désappointantes. Les scientifiques pensent qu'ils faudra quelques années avant qu'un médicament pourra ?tre fourni aux patients.

Selon le Dr Chin Hemin, de l'institut national de la vision aux Etats-Unis, les maladies vasculaires oculaires telles que la dégénérescence maculaire liée ? l'?ge et la rétinopathie diabétique sont la principale cause de perte de la vision. Dès lors l'identification de nouvelles voies pour prévenir la croissance anormale des vaisseaux et des exsudats oculaires représente un grand progrès scientifique.

Les chercheurs dans d'autres domaines sont également enthousiasmés par les possibilités offertes par la protéine Robo4. Certaines autres maladies comme des infections graves sont par exemple le résultat de dommages aux vaisseaux sanguins.

Les scientifiques ont aussi déj? étudié les moyens d'utiliser la présence de cette protéine ? la surface de cellules pour faciliter le ciblage de médicaments.

Parmi les enthousiastes concernant ces résultats, on trouve le professeur Roy Bicknell, de l'université de Birmingham, qui fut l'un de ceux qui ont découvert le gène Robot4 chez l'homme dans les années 1990.


Article Source

Publiť le 17-03-2008




Feed XML