Identification de nouvelles cellules cibles pour prévenir la croissance des tumeurs

Les chercheurs, du centre anticancéreux de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, ont découvert de nouvelles cibles pour traiter le cancer en bloquant une étape dans la progression des tumeurs.

Cette étape, la création de nouveaux vaisseaux sanguins, permet aux tumeurs de se développer et à terme de se propager vers d'autres parties du corps. Cibler la formation des vaisseaux sanguins, l'angiogenèse, promet d'être moins toxique que la chimiothérapie standard qui tue les cellules cancéreuses ainsi que les cellules normales. La nouvelle tactique a été démontrée réussir dans le traitement du cancer du sein et dans le cancer du colon avec un médicament appelé bevacizumab (Avastin), qui inhibe un facteur important dans l'angiogenèse, une protéine appelée facteur de croissance endothéliale vasculaire (VEGF).

Selon le Dr Nancy Klauber-DeMore, professeur agrégé à l'école de médecine de l'université de Caroline du Nord et auteur principal de l'étude, il y a une grande quantité de données qui montrent que lorsque l'on bloque l'angiogenèse on bloque également la croissance des tumeurs. Cependant le VEGF n'est pas responsable de l'ensemble de l'angiogenèse. L'auteur a voulu identifier plus de cibles pour cette approche thérapeutique. En identifiant les protéines présentes dans les néo-vaisseaux de nouveaux médicaments pourront être développés qui vont bloquer ces protéines et arrêter la croissance des vaisseaux nourriciers des tumeurs.

Par une technique qui a pris trois ans pour être développée, les chercheurs ont individualisé des cellules vasculaires parmi des échantillons de tissus cancéreux et de tissus normaux. Ils ont analysé l'activité de milliers de gènes dans les cellules isolées et ont comparé l'activité de ces gènes des échantillons provenant des tumeurs et des vaisseaux normaux. Ils ont trouvé 1.176 gènes différents dans l'activité ou l'expression entre les deux populations. De ceux-ci, 55 gènes étaient sur exprimés plus de quatre fois dans les vaisseaux provenant des tissus cancéreux.

Les auteurs ont constaté que quatre d'entre eux pourraient être de bons objectifs pour le développement de nouvelles thérapeutiques anticancéreuses.

Pour les auteurs leur travail indique la direction à prendre pour développer la prochaine génération d'inhibiteurs de l'angiogenèse.


Article Source

Publiť le 25-04-2008




Feed XML