Le taux de succès de la fécondation in vitro est augmenté par un test de sélection des oeufs

Une technique nouvelle permet de doubler le taux de succès de la fécondation in vitro. donnant ainsi un nouvel espoir à des dizaines de milliers de personnes en désir de grossesse. Ces résultats ont été annoncés lors d'un congrès de fertilité aux Etats-Unis. Les résultats démontrent les mérites du test qui scrute les embryons à la recherche de défaut génétique.

Actuellement seuls 20 bébés sont nés en utilisant cette technique. Cependant les chercheurs britanniques sont très confiants. Les auteurs pensent que ce test sera particulièrement utile pour les femmes plus âgées dont les embryons ont un plus grand risque de porter des erreurs génétiques pouvant causer des infections comme le syndrome de Down (mongolisme).

Le test vérifie les chromosomes dans l'embryon en développement permettant ainsi de sélectionner les embryons ayant une meilleure chance de succès. Le Dr Dagan Wells de l'université d'Oxford, qui a mené l'étude, mentionne que les résultats chez 115 femmes sont étonnants. Ces résultats sont, dit-il, particulièrement impressionnants car beaucoup de ces femmes sont à leur dernière chance - normes National Health Service : elles sont typiquement âgées de 39 ans et ont eu déjà deux cycles d'échec de tentative de fécondation - . Au total 66 % des femmes devinrent enceintes après le test soit plus du double du nombre habituel de 28 %. Pour cet auteur la technique est actuellement au point. Près de 37.000 femmes ont recours à la fécondation in vitro chaque année au Royaume-Uni et moins d'une tentative sur quatre est réussie.

Bien que cette procédure, qui devra être suivie pour confirmation des résultats, soit actuellement dans ses tous premiers stades, elle pourrait être grandement bénéfique pour les femmes plus âgées dont les chances de succès en fécondation in vitro sont faibles et pourrait également permettre de se diriger vers le transfert d'un seul embryon ( note : afin d'éviter autant que possible les grossesses multiples et en conséquence les accouchements prématurés).


Article Source

Publiť le 20-10-2009




Feed XML