Risque accru de problèmes de peau chez les fumeurs atteints d'une maladie auto-immune courante

Comme si nous n'avions pas déjà suffisamment de raisons pour cesser de fumer, une équipe de chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) vient d'en trouver une autre. Une étude dirigée par le Dr Christian A. Pineau, codirecteur de la Clinique du lupus et de la vasculite au CUSM, a clairement établi un lien entre les lésions et éruptions cutanées et le tabagisme chez les personnes atteintes du lupus érythémateux disséminé (LED). L'étude vient d'être récemment publiée dans le Journal of Rheumatology.

Le LED est une maladie auto-immune chronique qui affecte à peu près une personne sur 2.000. Environ 90 pour cent des patients atteints de LED sont des femmes, pour la plupart jeunes. Les symptômes sont causés par une hyperactivité du système immunitaire et la maladie peut entraîner une inflammation et toucher presque tous les organes, y-compris la peau.

Jusqu'à 85 pour cent des personnes qui présentent un LED développent des manifestations cutanées à un moment donné, explique le Dr Pineau. Nos résultats montrent que le risque de dommages cutanés, tels que la chute continue de cheveux et les cicatrices provoquées par l'inflammation, est significativement plus élevé chez les fumeurs. De même pour le taux d'éruptions de type Lupus actif.

Si le LED ne se guérit pas, les symptômes se traitent avec des médicaments. Cependant, le fait de fumer peut réduire l'efficacité de certains traitements utilisés pour contrôler les maladies de peau associées au LED, livre la Dre Sasha Bernatsky, coauteure de l'étude et médecin à la division de Rhumatologie du CUSM. Cela pourrait expliquer en partie que le tabagisme intensifie les dommages cutanés associés au LED.

Même chez les personnes en bonne santé, la fumée de cigarette a des effets à la fois immédiats et à long terme sur la peau, les vaisseaux sanguins et sur les follicules pileux, ajoute-t-elle. L'exposition au tabac favorise la production de cytokines, substances de l'organisme qui augmentent l'activité du système immunitaire et l'inflammation. Certains chercheurs pensent même que fumer pourrait être un des facteurs de risque initial du LED.

L'étude souligne l'importance vitale d'abstention du tabagisme chez les patients atteints de LED. Nous savions déjà que ces personnes ne devaient pas fumer, en raison du risque accru d'effets indésirables tels que les problèmes cardiaques, livre le Dr Pineau. Nous avons maintenant, semble-t-il, une nouvelle raison de mettre l'accent sur l'intérêt d'arrêter la cigarette. Si nous parvenons à convaincre ces personnes atteintes de LED de cesser de fumer, nous pouvons peut être les aider à mieux contrôler la maladie et à obtenir de meilleurs résultats.

Le Dr Christian A. Pineau est chercheur de l'axe des troubles musculo-squelettiques de l'IR-CUSM, médecin à la division de rhumatologie, ainsi que co-directeur de la clinique du lupus et de vasculite au CUSM. Il est également directeur du Programme de formation en rhumatologie et professeur adjoint au département de médecine à la Faculté de médecine de l'Université McGill.

Cet article a été cosigné par Dre Irina Turchin, division de dermatologie, département de médecine; Dre Sasha Bernatsky, division de rhumatologie, département de médecine; division d'épidémiologie clinique, département de médecine, Institut de Recherche, CUSM; Dre Ann e. Clarke; M.Yvan St-Pierre, division d'épidémiologie clinique, département de médecine, Institut de Recherche, CUSM; division d'allergies et d'immunologie clinique, département de médecine; Dr Christian A. Pineau, division de rhumatologie, département de Médecine.


Article Source

Publiť le 04-11-2009




Feed XML