L'utilisation d'un type d'hypotenseur apporte un nouvel espoir dans la prévention et le traitement de la démence Alzheimer

Les personnes prenant des antagonistes du récepteur de l'angiotensine (ARB) - Losartan COZAAR* Cp 50 mg - Valsartan TAREG Cp 40 et 80 mg -Irbésartan APROVEL Cp 75, 150 et 300 mg - Candésartan KENZEN Cp 4, 8 et 16 mg -Telmisartan PRITOR Cp 40 et 80 mg - Eprosartan TEVETEN Cp 300 mg - Olmésartan OLMETEC Cp 10, 20 et 40 mg - ont environ moitié moins de risques de développer une démence que celles prenant un autre médicament pour abaisser la tension artérielle. Combiné avec un autre médicament les ARB sont efficaces également contre la détérioration future chez celles souffrant déjà de cette affection.

L'étude a investigué plus de 800.000 personnes et a été publiée dans le British Medical Journal de janvier 2.010 . L'équipe de l'école de médecine de l'université de Boston a présenté les résultats initiaux de cette étude il y a deux ans, cependant un travail postérieur suggère que les ARB qui ne sont normalement prescrits qu'aux patients ne tolérant pas les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ( IEC - ACE) - captopril, énalapril, lisinopril, périndopril, quinapril, ramipril, bénazépril, cilazapril, trandolapril, fosinopril et moexipril confèrent une plus grande protection que pensée précédemment.

L'étude fait partie des recherches en cours pour tenter de prémunir contre la maladie d'Alzheimer et retarder les détériorations inhérentes à cette affection d'autant que le nombre de personnes atteintes va croissant en fonction de l'espérance de vie qui augmente régulièrement. Les derniers calculs suggèrent que plus de 115 millions de personnes souffriront de démence en 2.050.

Les taux élevés de pression artérielle pendant de longues périodes peuvent conduire à endommager les vaisseaux sanguins. L'hypertension est connue pour augmenter le risque non seulement d'accident vasculaire cérébral et de maladies cardiaques mais également le risque de démences. Quelques types de démences sont directement reliées à la condition dans laquelle se trouvent les artères irriguant le cerveau mais on pense également que la tension artérielle joue un rôle dans la maladie de d'Alzheimer.

Lors du suivi des 800 000 personnes, dont 98 % étaient des hommes, traitées pour hypertension artérielle entre 2002 et 2006, celles prenant des ARB plutôt que des ACE ont eu moitié moins de risques de développer une démence pendant cette période. Lorsque les deux types de médicaments avaient été utilisés conjointement le risque fut également encore moindre. Pour celles dont le diagnostic de démence avait déjà été posé la même combinaison a montré que le risque d'être admis dans un centre spécialisé ou de décéder prématurément fut inférieur de 67 %.


Article Source

Publiť le 14-01-2010




Feed XML