Les informations Santé 


feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML






  page précédente   page suivante



 

La prise de vitamines en période prénatale chez les femmes sous alimentées peut réduire le risque de faible poids de l'enfant ? la naissance

Selon un rapport paru dans le journal de janvier d'Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, les femmes sous alimentées qui prennent une vitamine et des suppléments minéraux pendant la grossesse ont moins de risques d'avoir des bébés de moins de 2.500 g que les femmes qui ne prennent que du fer et des suppléments d'acide folique. Les nouveau-nés pourraient être en outre être moins sujet ? complications pendant les sept premiers jours de la vie.Le faible poids de naissance ou un poids inférieur ? 2.500 g prédit de fa?on majeure les décès dans l'enfance. Il accroit le risque que l'enfant en grandissant développe une maladie des coronaires, un diabète de type 2, un accident vasculaire cérébral et de l'hypertension.Dans les pays pauvres en ressources le mode de nutrition maternelle avant et pendant la grossesse est connu pour affecter le poids de naissance des nouveau-nés. Les femmes sous alimentées sont souvent déficientes d'un nombre de micro nutriments (vitamines et minéraux) incluant les vitamine C et E, le complexe vitamines B ainsi que les folates.Le Dr Piyush Gupta, M.D., M.A.M.S., du collège des sciences médicales ? l'université de Delhi en Inde, et ses collègues ont entrepris une étude randomisée qui a inclus 200 femmes enceintes de 24 ? 32 semaines et dont le poids était sous la norme. La moitié d'entre elles re?urent un placebo et les autres re?urent un composé contenant 29 micro nutriments. Les deux groupes re?urent par ailleurs du fer et des suppléments d'acide folique. Les nouveau-nés ? l'hôpital furent suivis pendant sept jours pour détecter les anomalies congénitales ou d'autres maladies.Les femmes du groupe micro nutriments ont pris 9,2 kg pendant la grossesse en comparaison des femmes du groupe placebo qui n'en prirent que 8,7 kg. Des 200 naissances, 146 furent incluses dans l'analyse de la taille et 170 furent suivies pendant 7 jours après l'accouchement. Les enfants du groupe micro nutriments ont pesé près de 100 g de plus et eurent une taille plus importante de 8 cm. Le taux de faible poids ? la naissance fut de 43,1 % dans le groupe placebo et de 15,2 % dans le groupe micro nutriments. Quatre enfants décédèrent dans chaque groupe.Selon les auteurs cette recherche est de nature préliminaire. Ils estiment qu'une nouvelle étude devrait être entreprise avec un échantillonnage plus large pour évaluer les effets d'une supplémentation sur la morbidité et la mortalité néonatale en plus des mensurations.


Lire :

 


 

Une alimentation pauvre en acide folique augmente le risque de cancer colorectal

Une nouvelle étude des scientifiques de l'université McGill au Canadarévèle qu'une alimentation pauvre en folates augmente le risque de développer un cancer colorectal. Cette étude est publiée dans le journal Cancer Research de novembre 2006. Cette étude non seulement illustre un moyen de prévenir la maladie mais également permet de comprendre mieux le mécanisme de celle ci, ce qui pourrait conduire ? de nouvelles thérapeutiques. En utilisant des modèles animaux, les chercheurs ont utilisé la technologie de la même équipe qui avait révélé que de hautes doses d'aliments riches en folates peuvent protéger contre les maladies cardio vasculaires.Selon le Dr. Rima Rozen, directeur scientifique l'université McGill, cette recherche qui est en accord avec des études épidémiologiques précédentes chez l'homme, démontre un lien clair entre l'absorption faible par les aliments de folates et une initiation d'un cancer colorectal chez les animaux de laboratoire. Aucune des souris contrôles nourries avec des folates n'ont développé de tumeur tandis qu'une souris sur quatre en a développé avec un régime déficient en folates.Selon le Dr. Philip Branton, directeur scientifique ? l'institut de recherche du cancer, le résultat de cette étude met en évidence comment l'addition simple ? l'alimentation journalière de folates peut avoir des bénéfices importants ? long terme pour l'individu et pour le système de santé. Bien que ces résultats soient encourageants, plus de recherches sont nécessaires pour savoir si les folates ont un effet protecteur contre le cancer colorectal chez l'homme.La prise d'une quantité adéquate de folates alimentaires a également été montrée prévenir nombre d'autres maladies. Par exemple des défaut ? la naissance comme le Spina Bifida résultent d'une alimentation inadéquate en folates des futures mères. En mars de cette même année, la même équipe a révélé qu'une alimentation riche en folates peut protéger l'organisme contre les maladies cardio vasculaires. Les bénéfices d'une alimentation riches en folates sont connus depuis plusieurs années, c'est la raison pour laquelle l'addition d'acide folique est recommandée dans certains pays au pain, céréales, p?tes et riz pour augmenter la prise journalière d'acide folique dans la population générale.Sources alimentaires d'acide folique


Lire :

 


 

La pilule miracle pourrait épuiser les budgets de santé

La polypill est une combinaison de médicaments cardio vasculaires. Selon une étude menée par l'université Erasmus en Hollande ce type de traitement pour prévenir les risques modérés d'affections cardiaques aurait un impact très important sur les budgets de santé.La pilule combinant l'aspirine, l'acide folique, des médicaments anti hypertension artérielle et des anti cholestérol, a été présentée comme la pilule magique qui pourrait éviter les problèmes cardio vasculaires. Cette étude a concerné 5000 personnes ?gées de 28 ? 62 ans. Elle recommande de ne la prescrire qu'aux personnes de plus de soixante ans.Cette pilule doit encore être complètement testée mais en théorie, elle a le potentiel de diminuer le risque des maladies des coronaires de 88 % et le risque d'attaque cérébrale de 80 % chez les personnes de 55 ? 64 ans.Selon le Dr Judy O'Sullvan,de la fondation britannique de cardiologie, ces pilules ne peuvent pas empêcher les dommages causés par la cigarette, l'inactivité physique, le diabète ou l'obésité qui sont des facteurs significatifs d'accroissement du risque de développer une maladie cardio vasculaire. Dans l'étude les chercheurs concluent que même si la polypill ne co?tait rien, elle ne servirait pas ? grand-chose si elle était donnée ? tout le monde sans tenir compte des risques de chaque individu ? développer une maladie cardio vasculaire.Les chercheurs estiment que le plus grand bénéfice pourrait être de la donner ? toutes les personnes ?gées de plus de 60 ans et ? toutes les personnes ? risque de maladie cardio vasculaire. Cependant selon le Dr Oscar Francoduran, l'investigateur principal, cela impliquerait la médicalisation d'une large couche de la population et le risque d'effets secondaires indésirables. Pour le Dr Judy O'Sullvan, la polypill est encore plus un concept qu'une réalité et son impact pour réduire les maladies cardio vasculaires n'est pas encore prouvé ni même sa sécurité. Tant que l'on n'aura pas une évidence par des essais, il est, pour elle, vraiment prématuré de parler de son prix.Lien connexe polypill


Lire :

 


 

L'ajout d'acide folique alimentaire a réduit le taux des anomalies ? la naissance aux USA

L'ajout d'acide folique ? la nourriture a produit une baisse d'un tiers des anomalies sévères du cerveau et de la moelle épinière, mais March of Dimes exhorte les fonctionnaires fédéraux américains d'aider ? prévenir ces anomalies chez un plus grand nombre de bébés en augmentant les taux d'acide folique dans les aliments.Depuis 1996, le Dr. Howse de March of Dimes rappelle que cet organisme a recommandé ? l'administration des U.S.A (FDA) de fixer le niveau d'acide folique nécessaire dans les grains enrichis ? 350 micrograms pour 100 grammes de grain afin d'empêcher un grand nombre d'anomalies du tube neural (NTDS).Une équipe de chercheurs conduite par le Dr Laura J. Williams, M.P.H., du Centre National on Birth Defects and Developmental Disabilities at the U.S, les centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC) viennent de rapporter que l'acide folique présent actuellement dans les aliments a permis une baisse de 36 % des NTDS dans la population Hispanique et de 34 % parmi la population blanche non Hispanique entre 1995 et 2002. Cependant la fréquence des NTDS dans la population noire, non Hispanique n'a pas diminué considérablement.Dans un éditorial accompagnant, les Drs Robert L. Brent, M.D., Ph.D., et Godfrey P. Oakley, Jr., M.D., MSPM, appellent la FDA ? doubler au moins le taux actuel d'acide folique. Ils exhortent aussi la FDA de demander aux fournisseurs de grain d'ajouter de la vitamine B12 aux produits enrichis pour optimiser les effets sur la santé. Les auteurs exhortent aussi les fabricants de farine de ma?s ? enrichir tous leurs produits avec de l'acide folique, pour augmenter la prévention des NTDS chez les bébés Hispaniques.Pour empêcher les NTDS, toutes les femmes souhaitant devenir enceintes devraient consommer une multivitamine avec au moins 400 micrograms d'acide folique chaque jour en commen?ant avant la grossesse. La consommation quotidienne est cruciale parce que les NTDS surviennent tôt après la conception, souvent avant qu'une femme ne sait qu'elle est enceinte.Dans l'article des Drs Brent et Oakley, paru en Septembre dans la revue Pediatrics, les auteurs préconisent aussi pour faire baisser la fréquence de spina bifida et d'anencéphalies l'addition de plus d'acide folique dans les farines enrichies ( volume 116, number 3).Liens connexes ac folique 1
ac folique 2
ac folique 3


Lire :

 


 

Un comité d'experts encourage l'idée de la polypill

L'idée que des populations entières puissent être traitées avec une polypill composée de plusieurs médicaments actifs pour empêcher les attaques cérébrales et les infarctus cardiaques fut généralement soutenue ? une réunion d'experts organisée juste avant Noel par l' US Centers for Disease Control in Atlanta USA.Ils ont également manifesté leur accord pour qu'une série d'études et d'essais soient entreprises au moins aux Etats-Unis et en Europe avant qu'il soit possible de la donner ? des populations entières sans aucun dépistage, comme proposé quand l'idée de la pilule multiple fut initialement avancée dans le Britih Medical Journal par Nick Wald et Malcolm Law du London's Wolfson Institute of Preventive Medicine en 2003.La polypill proposée par les Pr Wald et Law dans leur article comprendrait six ingrédients: une statine, de l'aspirine, de l'acide folique , et trois antihypertenseurs ( un thiazide, un beta blockant, et un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ), tous ? demi dose. Cette pilule serait donnée ? toute personne au del? de 55 sans faire de dépistage et ? toute personne ayant une maladie cardio-vasculaire existante. La combinaison, selon les auteurs, devrait empêcher les attaques et maladies cardiaques en réduisant quatre risques différents : l'hypertension, les valeurs élevées en lipides sanguins, les concentrations en homocysteine, et la fonction plaquettaire. Les auteurs ont calculé que les ischémies cardiaques seraient réduites de 88% et les attaques cérébrales de 80%. Les effets secondaires seraient minimes.Les participants ? la rencontre d'Atlanta ont reconnu que les méthodes actuelles pour réduire les attaques et affections cardiaques ne fonctionnent pas. En effet changer de mode de vie est dur ? réaliser dans les environnements actuels sociaux et politiques, et la réponse médicale est inadéquate. De plus beaucoup de patients ? risques ne sont pas identifiés, beaucoup ne sont reconnus et ne sont pas traités, et beaucoup de ceux qui sont traités ne le sont pas suffisamment.Quelque chose de différent est requis, et la polypill représente une idée et une stratégie complètement nouvelle. La première étude a été cernée et pourrait commencer. Une version de la polypill est vraisemblablement attendue en Inde pour fin 2005.polypillpolymeal


Lire :

 


      page précédente       page suivante










Livres
connexes


Google