Nouvelle approche ? l'aide de la diététique pour combattre la maladie d'Alzheimer

Dans le premier stade de la maladie d'Alzheimer, les patients enregistrent typiquement une perte importante des connections intracérébrales nécessaires ? la mémoire et au traitement des informations. Actuellement une combinaison alimentaire développée au Massachusetts institute of technology (MIT) a montré un potentiel pour augmenter la mémoire chez les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer en stimulant la croissance de nouvelles connections intracérébrales.

Dans un test clinique concernant 225 patients souffrant de maladie d'Alzheimer, les chercheurs ont constaté qu'un cocktail comprenant trois aliments naturels a considérablement favorisé la croissance de ces connexions, connues sous le nom de synapses. D'autres ingrédients comprenant des vitamines des phospholipides et des antioxydants ont amélioré la mémoire verbale chez les patients souffrant d'un Alzheimer modéré.

Selon le Dr Richard Wurtman, professeur de sciences cognitives, qui est ? la base de la recherche ayant conduit au nouveau traitement expérimental, si l'on augmente le nombre de synapses en favorisant leur production on peut jusqu'? une certaine limite éviter la perte de capacités cognitives. Sa recherche est parue dans le journal médical Alzheimer and Dementia.

Il n'y a actuellement aucun traitement de la maladie d'Alzheimer, bien que certaines médications peuvent ralentir la progression de la maladie. En particulier beaucoup de patients nord-américains utilisent des inhibiteurs de la cholinestérase, qui augmentent les taux d'acétylcholine, un neurotransmetteur important dans l'apprentissage et dans la mémoire. Tandis que ces traitements ciblent les symptômes de la maladie d'Alzheimer, le Dr Wurtman espère attaquer ce qu'ils croit être la cause de la maladie c'est-?-dire la perte de synapses. Les trois éléments constituant le cocktail diététique sont de l'uridine, de la choline et des oméga-3, qui sont des précurseurs des molécules graisseuses qui composent les membranes des cellules du cerveau formant les synapses.

Dans les études animales les auteurs ont montré que ces aliments amplifient le nombre d'épines dendritiques. Quand ces épines entrent en contact avec un autre neurone, une synapse est formée. Trois études cliniques additionnelles de patients souffrant de maladie d'Alzheimer sont actuellement en cours, une aux Etats-Unis et deux autres en Europe, on attend les résultats entre 2011-2013.

La première étude clinique a été commanditée par la compagnie fran?aise Danone ; elle a été entreprise principalement en Europe et a été menée par Philip Scheltens, directeur du centre d'Alzheimer au centre médical de la Vrije Universiteit ? Amsterdam. Le médicament s'est présenté sous la forme d'une boisson nutritive appelée Souvenaid avec la collaboration de Danone. Elle a été prise de manière quotidienne pendant 12 semaines.

Les patients qui ont re?u les aliments ont montré un niveau statistiquement significatif d'amélioration comparée aux sujets témoins : 40 % des patients soignés ont amélioré l'exécution lors d'un essai de mémoire verbale en comparaison des 24 % de patients ayant re?u un aliment témoin. Les patients souffrant de maladie d'Alzheimer modérée ont dans la plupart des cas eu une amélioration de leur condition mesurée par le test Wechsler Memory Scale. Par compte aucun effet ne fut noté par un autre test, l' ADAS-cog test, test également communément utilisé dans l'évaluation des patients souffrant de maladie d'Alzheimer.

Selon le Dr John Growdon, neurologue ? l'hôpital général du Massachusetts la tentative de faire se renouveler les synapses est une stratégie innovante et offre une approche complémentaire aux autres efforts déployés pour traiter la maladie d'Alzheimer comme le traitement des plaques amylo?des et la tentative pour diminuer les dommages causés par les métabolites toxiques qui s'accumulent dans les cerveaux des patients affectés par cette maladie.

Le Dr Wurtman croit que son approche de la maladie d'Alzheimer peut par la suite se révéler salutaire pour traiter d'autres maladies o? il y a trop peu de synapses comme dans la maladie de Parkinson.


article source


Publiť le 13-01-2010


Feed XML