Nouveau guide des traitements de l'obésité(III)

La chirurgie doit être considérée comme une thérapeutique optionnelle pour les patients ayant des IMC de 40 ou plus, qui ont instauré mais n'ont pas réussi ? perdre du poids avec un régime approprié et des exercices adéquats ( avec ou sans médication complémentaire ) et qui présentent des co-morbidités reliées ? l'obésité, telles de l'hypertension, des tests de tolérance au sucre perturbés, un diabète, de l'hyperlipidémie et des apnées obstructives pendant le sommeil.

Une mise au courant des patients devra se faire sur les différentes options chirurgicales en incluant les effets secondaires ? long terme tels la possibilité d'une réintervention chirurgicale, et des syndromes de malabsorption. Les modifications alimentaires et les exercices devraient toujours être maintenus chez tous les patients

Il n'y a actuellement pas de réponse évidente ? la question de savoir si une procédure est meilleure qu'une autre. De plus la perte de poids post chirurgicale n'a pas été démontrée réduire la morbidité ou la mortalité cardio vasculaire

La mortalité post opératoire se situe entre 0,3 et 1,9 % et est liée au nombre d'interventions pratiquées par le chirurgien (courbe d'apprentissage). Selon les auteurs, la meilleure réussite des traitements ne dépendent pas seulement de l'habileté d'un chirurgien mais aussi de la capacité du système de soins depuis la période péri-opératoire jusqu'au post opératoire. La littérature médicale montre que les grands centres ont de meilleurs résultats

Selon A Clinical Practice Guideline from the American College
of Physicians -- Snow et al. 142 (7): 525 -- publié dans Annals of Internal Medicine le 5 Avril 2005 | Volume 142 Issue 7 | Pages 525-531


article source


Publiť le 26-04-2005


Feed XML