Une étude souligne les difficultés causées par les problèmes de vessie affectant une personne sur six agée de plus de quarante ans

Plus des trois-quarts des personnes ayant une vessie hyperactive (OAB) disent que cette condition rend difficile leurs activitées journalières, cependant seules 43 % d'entre elles considèrent nécessaire de consulter un médecin. L'étude parue dans le British Journal of Urology International mentionne en outre que les hommes s'en inquiètent davantage que les femmes.

Cette étude est basée sur un sondage conduit dans six pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne, Suède et Royaume-Uni) et a concerné 11.521 personnes de 40 ? 64 ans.

Au moins 300 personnes souffrant d'OAB furent identifiées et interviewées dans chaque pays. Les symptômes de l'OAB consistent en un besoin impérieux de vider la vessie de manière plus fréquente, jour et nuit. Certaines personnes avaient également un problème ajouté d'incontinence.

Selon le docteur Debra E Irwin de L'école de Santé Publique de l'université de Caroline du Nord, auteur principal de l'article, 32 % des personnes interviewées dirent que leur condition les rendaient dépressives et le 28 % s'affirmèrent stressées. Cependant 48 % des femmes et 40 % des hommes estimaient que ce n'était pas une condition médicale valable pour consulter.

Parmi les autres résultats on peut noter que 28 % des femmes et 19 % des hommes dirent que l'OAB était ignoré par la communauté médicale ; 79 % des hommes et 74 % des femmes ressentaient que l'OAB était seulement quelque chose avec laquelle il fallait vivre ; 76 % des hommes et 67 % des femmes pensaient que cela fait partie du processus de vieillissement.

L'OAB a un impact négatif sur la vie, en effet 21 % de ces personnes doivent interrompre des réunions avec des allers et retours fréquents ? la toilette et 3 % signalent avoir changé de travail ou avoir été renvoyées ? cause cette condition.

Concernant la vie sociale de ces personnes : 28 % d'entre elles se sentent inconfortables loin de leur logement et 22 % se sentent inconfortables lorsqu'elles sont avec des personnes qu'elle ne connaissent pas. Les personnes souffrant d'incontinence ajoutée signalèrent une détresse élevée dans leur vie professionnelle et sociale plus importante que celles qui n'avaient pas ce problème surajouté.

Selon le Dr Irwin, l'OAB est une condition très commune qui concernerait plus de 22 millions d'européens de plus de quarante ans. Pour les auteurs il est clair que l'OAB avec ou sans incontinence a un effet significatif sur la vie des gens, incluant des effets négatifs sur leur bien-être émotionnel et leur aptitude ? se sentir ? l'aise au travail et dans des situations sociales.

Selon les auteurs ces résultats indiquent qu'il y a un besoin considérable d'améliorer le diagnostic et le traitement de cette affection ainsi que d'encourager les gens en souffrance ? chercher une aide médicale.


article source


Publiť le 20-01-2006


Feed XML