Colorer les tumeurs révolutionnera le combat contre le cancer

Un colorant des tumeurs, le Chlorotoxin:Cy5.5, développé par les chercheurs du centre de recherche de l'hôpital des enfants ? Seattle, pourra aider les chirurgiens ? délimiter le début et la fin d'une tumeur de manière plus précise en illuminant les cellules cancéreuses. L'étude publiée dans le journal médical Cancer Research de juillet 2007 montre que la coloration permet au chirurgien de faire la distinction entre les cellules cancéreuses et les cellules normales du cerveau en salle d'opération.

Le colorant, le Chlorotoxin:Cy5.5, est un peptide dérivé du scorpion. Il émet des photons dans le spectre infrarouge. La technologie actuelle, la résonance magnétique peut faire la distinction entre tissus malades et tissus sains s'il y a plus de un million de cellules cancéreuses. Le colorant peut identifier des tumeurs n'ayant que 2.000 cellules cancéreuses rendant le procédé 500 fois plus sensible que la résonance magnétique.

Selon le Dr James M. Olson, MD, PhD, chercheur principal cette technique va permettre aux chirurgiens de voir des cancers indétectables par d'autres moyens et dès lors donner un meilleur pronostique aux patients. L'équipe médicale a inclus des neurochirurgiens, des ingénieurs et des biologistes. Le colorant ? été créé au laboratoire du centre Hutchison. Dans des modèles de souris l'équipe a démontré que ce produit pouvait illuminer des tumeurs cérébrales aussi petites qu'1 mm de diamètre sans illuminer les tissus sains environnants. Dans un modèle de cancer de la prostate des groupes de cellules ne contenant que 200 cellules ont pu être localisés.

Le colorant peut-être utilisé dans beaucoup de cancers mais il particulièrement utile pour les chirurgiens dans les tumeurs cérébrales. Le colorant est actif dans les minutes suivant son injection et le signal persiste 14 jours en illuminant les cellules cancéreuses. Les agents de contrastes habituels ne durent que quelques minutes. Selon le Dr Richard Ellenbogen, MD, neurochirurgien pédiatrique ? l'hôpital des enfants de Seattle cette découverte a le potentiel de sauver des vies et de rendre la résection des tumeurs du cerveau plus certaines.

L'étude pilote est complète. L'équipe médicale est actuellement en cours de préparation des études toxicologiques nécessaires avant de demander l'approbation de la FDA pour commencer les essais cliniques. Cette technique pourrait être utilisée en salle d'intervention dans les 18 mois. Toutes les études cliniques devront avoir le consentement des participants adultes.

L'équipe médicale croit que ce colorant pourra potentiellement être utilisé dans le futur comme outil de dépistage non invasif pour la détection précoce de cancers de la peau, du cou, de l'oesophage, du colon ou du poumon. Il sera également probablement utile dans l'identification de ganglions lymphatiques positifs, ce qui pourra amener ? un avancement significatif du traitement des cancers du sein, de la prostate et du testicule.


article source


Publiť le 15-07-2007


Feed XML