La réduction des facteurs de risque cardio vasculaire (II)

Selon l'avis du Dr Shah Ebrahim professeur d'épidémiologie au département de Médecine Sociale ? l'Université de Bristol, Angleterre, paru dans l'article de Plos Medecine d'avril 2005, réduire les facteurs de risques cardio vasculaire pour une population est mieux que d'identifier seulement les personnes ? haut risque.

L'approche - haut risque - pour réduire la maladie cardio vasculaire tente d'identifier les personnes ? haut risque par le moyen d'un score de risque dominé par les équations de Framingham. Cette approche doit ?tre comparée avec - l'approche population - qui tente de prévenir les facteurs de risque, les minimiser et réduire par l? m?me l'incidence de la maladie cardio vasculaire pour une population complète.

Les changements de risque pour une population nécessitent l'intervention du politique. Ainsi que souligné par Virchow, les maladies de masse nécessitent des solutions de masse. Il y a plusieurs solutions politiques que beaucoup d'agences publiques de santé souhaiteraient implémenter pour réduire les maladies cardio vasculaires. Cela inclut l'extension des restrictions de l'utilisation et de la vente du tabac, la réduction des graisses saturées cachées dans les aliments préparés et l'augmentation des mises ? disposition pour pratiquer un exercice physique régulier. Certaines des solutions vont ? l'encontre des intér?ts de corporations internationales ayant des moyens puissants pour contr?ler les gouvernements élus, conduisant ? une approche de laissez-faire en mettant en avant le choix individuel comme moyen d'améliorer la santé publique.

Les médicaments pour réduire la morbidité et la mortalité de la maladie des coronaires sont clairement efficaces et il est tentant de chercher de meilleures tests de screening de la maladie ? son début telle l'échographie carotidienne ou les tomographies computérisées, ? la recherche des plaques de cholestérol. Aucune de ces nouvelles technologies de screening n'ont été testées cependant, dit-il, de manière randomisée. Les mesures échographiques sont capables d'identifier les personnes ? risque augmenté mais en comparant les mesures échographiques avec les facteurs de risque conventionnels aucun effet prédictif suppllémentaire n'est obtenu par l'échographie. Ce qui n'est pas surprenant étant donné que les plaques sont simplement les conséquences des facteurs de risques conventionnels étalés sur de nombreuses années.

M?me si les instruments de screening étaient très performants, l'approche - haut risque - ne pourra jamais obtenir une diminution des facteurs de risque. Un des moyens pour tourner cette difficulté a été de penser que la population générale était ? haut risque et de donner ? tout un chacun plusieurs médicaments : une polypill ( 1 2 3 ) pour diminuer les risques.

Au cours d'autopsies pendant les guerres de Corée et du Vietnam, l'athérosclérose fut retrouvée chez 77 et 45 % respectivement des hommes jeunes. L'origine des maladies cardio vasculaires serait déj? présente au stade du développement foetal et dans la petite enfance. L'élévation des facteurs de risque se produisant dès les premiers ?ges c'est, dit-il, ces moments que les traitements et la prévention doivent cibler.

Les plaques sont communes dans les artères des personnes d'?ge moyen. Elles sont stables et ne montrent pas de tendance ? la rupture. La présence de plaques chez des patients par ailleurs en bonne santé n'identifient pas ceux qui vont souffrir d'un événement ou bénéficier d'un traitement. Les facteurs de risque proposent une probabilité de survenue d'un événement clinique, il en est de m?me pour la présence des plaques et il n'y a pas de plus grande probabilité avec ces techniques qu'avec les méthodes de score.

De plus des études doivent ?tre faites pour confirmer si la présence des plaques, en l'absence de facteurs de risque élevés, est potentiellement dangereuse. Tout aussi important, des essais sont nécessaires pour déterminer si traiter de manière agressive de telles populations va amener de meilleurs résultats. Il est possible que les images échographiques des artères puissent inciter de manière psychologique des patients ? adhérer ? un style de vie et ? un régime meilleur, mais ceci doit également ?tre prouvé.

La réduction des facteurs de risque cardio vasculaire (I)


Rechercher un article


Publiť le 24-05-2005


Feed XML