feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML







Des nouveaux apports en graisses sont nécessaires pour éliminer les anciennes graisses de l'organisme

Les chercheurs de l'Ecole de Médecine de l'Université de St. Louis ? Washington, selon l'article paru en Mai dans le journal Cell Metabolism, ont trouvé que les - vieilles - graisses emmagasinées dans les tissus périphériques du corps, du ventre, des cuisses etc.. ne peuvent pas être br?lées efficacement ? moins que de - nouvelles - graisses ne soient ajoutées au régime ou fabiquées par le foie.

L'équipe de recherche s'est servie de souris génétiquement modifiées et manquant d'un enzyme important pour synthétiser des graisses dans le foie. En conséquence, les souris, appelées souris FASKOL Fatty Acid Synthase KnockOut in Liver), ne pouvaient pas produire de nouveaux acides gras dans le foie. Etant donné que ces acides gras sont vitaux pour maintenir le métabolisme du sucre, des lipides et du cholestérol, ces souris ont du recevoir des graisses diététiques pour rester en bonne santé.

Selon le Dr Clay F. Semenkovich, M.D., professeur de médecine et de biologie et physiologie cellulaire, lorsque ces souris FASKOL ne recevaient pas de graisses diététiques, leurs foies se remplissaient rapidement de graisses. Leurs -vieilles - graisses emmagasinées se mobilisaient vers le foie, mais celui-ci ne pouvait pas initier leur consommation, et les graisses s'accumulent. En conclusion pour réguler le processus de consommation le foie a besoin de - nouvelles - graisses.

Les nouvelles graisses sont les graisses provenant de l'alimentation ou fabriquées par le foie ? partir du glucose ? l'aide de l'enzyme synthétisant les acides gras, enzyme manquant chez les souris FASKOL. Lorsque l'organisme consomme de grandes quantités de glucose, l'enzyme synthétise des acides gras dans le foie et en fait de nouvelles graisses.

En plus d'avoir des foies graisseux, les souris transgéniques avaient de faibles niveaux de sucre sanguin avec le régime zéro graisse. Les deux sympt?mes étaient récupérés avec le régime de graisses diététiques, et les souris transgéniques n'étaient alors pas différentes des souris normales en termes de poids corporel, du taux des lipides, de métabolisme et de consommation de nourriture.

L'effet du régime de graisses diététiques fut identique ? l'effet d'un médicament qui active une protéine appelée PPAR-ALPHA. Les graisses du foie devenaient normales chez les souris FASKOL après 10 jours de traitement avec ce médicament activant le PPAR-ALPHA.

Le PPAR-ALPHA est une protéine que l'on trouve chez tous les mammifères et qui est centrale pour les processus métaboliques qui extraient l'énergie ? partir d'hydrates de carbone et des graisses. Etant donné que le médicament activateur de PPAR-ALPHA donnait le même résultat que le régime graisses diététique, les investigateurs en ont conclu que les nouvelles graisses peuvent être cruciales pour initier le PPAR-ALPHA. Cette étude suggère que les nouvelles graisses sont la clef qui initie le PPAR-ALPHA dans le foie.

Le foie est très important pour traiter les aliments consommés et les envoyer dans l'organisme. Le traitement anormal du glucose ou des lipides dans le foie contribue aux problèmes de diabète de type 2, de l'athérosclérose, et de la maladie graisseuse du foie souvent rencontrée chez les personnes obèses ou souffrant de résistance ? l'insuline. Il y a aussi de bonnes évidences que le foie joue un r?le clé dans le risque cardio-vasculaire par la sécrétion de multiples protéines associées ? l'inflammation. Chez ces souris les auteurs ont pu voir que lorsqu'il y avait trop de graisses dans le foie, il y avait inflammation excessive. Avec le Dr Manu Chakravarthy, M.D., Ph.D., endocrinologue, le Dr Semenkovich a trouvé que les nouvelles graisses semblent résoudre ces problèmes.

L'équipe de recherche essaie maintenant d'identifier les graissses qui pourraient être données en petites quantités pour activer le PPAR-ALPHA. Ils étudient aussi les cellules du foie et les cellules graisseuses pour comprendre comment le foie peut faire la différence entre les vieilles graisses et les nouvelles.

T?t ou tard, les auteurs croient que ces résultats pourraient conduire ? des stratégies plus efficaces pour traiter l'obésité, le diabète de type 2 et d'autres problèmes métaboliques. Dès ? présent, les diététiciens pourraient trouver utile de recommander de prendre de petites quantités de graisses diététiques, telles l'huile de poisson gras comme le saumon, qui pourraient activer plus efficacement le PPAR-ALPHA et la consommation des graisses par le foie ? ceux et celles qui veulent perdre les graisses emmagasinées dans les tissus périphériques.


Publié le 15-05-2005

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Une équipe de chercheurs fait une avancée importante pour le traitement du diabète de type 2 Lire

Le gardien de l'horloge biologique en cause dans le diabète Lire

Relation entre le taux de testostérone sanguin et la mortalité chez les hommes souffrant de maladies coronariennes Lire

De simples analyses de salive et de sang pourraient détecter l'épuisement professionnel avant qu'il ne se manifeste Lire

Réduire la fréquence de la démence après 65 ans Lire

Nouvelle modalité de traitement des enfants souffrant de diabète de type 1 gr?ce au pancréas artificiel Lire






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
diabète , insuline

Google
 
Version pour Impression
[Zoom]

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves







© JMD