feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML







Découverte d'un nouveau marqueur potentiel du cancer de la prostate

Les chercheurs de l'université de Purdue, indiquent avoir découvert un nouveau marqueur potentiel pour le diagnostic de cancer de la prostate qui pourrait être le point de départ de tests moins invasifs tout en permettant d'améliorer le diagnostic de la maladie.

L'équipe de chercheurs, conduite par les Drs Graham Cooks et Timothy Ratliff, a utilisé une nouvelle technique d'analyse pour créer un profil des lipides ou graisses retrouvées dans les tissus prostatiques et ont découvert un composé qui apparaît être utile pour identifier les tissus cancéreux ou précancéreux. Le composé (sulfate de cholestérol) est un composé absent du tissu prostatique sain mais présent dans les tissus cancereux prostatiques.

Cette caractéristique, selon les auteurs, rend ce composé être potentiellement un marqueur pour dépister cette maladie et pourrait ainsi conduire à la mise au point de nouveaux tests sanguins ou urinaires pour pratiquer le dépistage du cancer de la prostate. Le test couramment utilisé actuellement présente un nombre significatif de faux positifs parce que le marqueur utilisé est également présent dans d'autres affections non cancéreuses comme une augmentation de taille ou une inflammation de la prostate. En conséquence, beaucoup d'hommes ont des biopsies inutiles, invasives, chères, pouvant provoquer des infections.

En outre l'équipe planifie d'étudier les différences chimiques dans les différents types de cancer de la prostate pour voir s'il y a moyen d'identifier les cancers qui seront agressifs de ceux qui ne le seront pas. L'incapacité actuelle de faire la distinction entre les formes agressives ou non agressives perturbe les possibilités ou choix thérapeutiques. Les tests actuellement utilisés (PSA) pour déterminer la probabilité de l'agressivité d'un cancer ne sont pas très précis et environ 30 % des patients sont diagnostiqués par erreur avoir une forme agressive. L'intérêt de dépister les formes non agressives est, puisque ces formes sont peu évolutives, de pouvoir se borner à une surveillance attentive sans utiliser d'emblée de traitement rigoureux réduisant la qualité de vie.


Publié le 12-08-2010

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Les patients souffrant d'un cancer de la prostate débutant ont une survie prolongée grâce à la chirurgie Lire

Possible vaccin préventif contre le cancer de la prostate Lire

Des médicaments pour le coeur sont prometteurs comme agents anti cancer du colon Lire

De nouveaux résultats suggèrent que la biopsie de la prostate n'est pas toujours nécessaire Lire

Une pommade commune antidouleurs pourrait protéger le coeur lors d'attaques cardiaques Lire






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
PSA ,

Google
 
Version pour Impression
[Zoom]

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves







© JMD