feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML Feed XML






Parkinson : traiter les symptômes et la maladie

Deuxième cause de handicap d'origine neurologique chez les personnes ?gées, la maladie de Parkinson touche près de 150.000 personnes en France. S'il existe des médicaments qui atténuent les symptômes de celle-ci, aucun n'a encore prouvé sa capacité ? ralentir l'aggravation progressive et inexorable de la maladie. L'équipe de Olivier Rascol (CIC 9302 Inserm/CHU Toulouse), en collaboration avec celle de Warren Olanow (USA) et du laboratoire TEVA (Israel) vient de montrer dans l'essai ADAGIO qu'un médicament antiparkinsonien, la rasagiline, ne se contente pas seulement de lutter contre les symptômes mais freine aussi leur progression. Ces travaux sont publiés dans The New England Journal of Medicine.

La maladie de Parkinson résulte de la dégénérescence, dans le cerveau, des neurones dopaminergiques. La détérioration de ces neurones, impliqués dans les activités motrices, explique ainsi par exemple les tremblements, raideurs caractéristiques de l'affection. Afin de pallier les symptômes de la maladie de nombreuses substances dites -dopaminergiques- sont employées. Parmi elles, la rasagiline. Prescrite lorsque les manifestations extérieures deviennent trop handicapantes, elle possèderait en outre d'autres qualités.

C'est la conclusion ? laquelle vient de parvenir l'équipe coordonnée par Olivier Rascol, au terme d'une étude de 18 mois portant sur 1.200 patients. Les investigateurs de l'étude ont scindé la cohorte de patients en différents groupes, certains traités dès le début, durant 18 mois, d'autres seulement pendant les 9 derniers mois de l'étude. Ils ont ensuite suivi l'évolution des patients afin de mesurer par des tests l'aggravation de la maladie au fil du temps.

Si le médicament ne jouait que sur les symptômes ? court terme et non pas réellement sur la dynamique d'aggravation de la maladie (ex. : l'aspirine ne guérit pas la grippe mais influe sur le symptôme de douleur), les deux groupes auraient d? obtenir des résultats identiques en fin d'étude. Un résultat différent a pourtant été enregistré. Au terme des 18 mois, le groupe traité plus tôt a obtenu de meilleurs résultats que le groupe traité plus tard. Une telle observation ne peut avoir qu'une signification : sur ce groupe, durant les 9 premiers mois, la rasagiline a eu un effet de fond, ralentissant la progression du handicap.

Ces conclusions soulèvent pour Olivier Rascol la question du moment optimal de l'initiation du traitement chez un patient atteint de la maladie de Parkinson. Alors que cette étude montre qu'un traitement initié plus précocement apporte un avantage ultérieur, les recommandations officielles incitent actuellement ? attendre que les symptômes deviennent suffisamment gênants pour traiter les patients. L'auteur souligne par ailleurs qu'il faut désormais approfondir la compréhension des mécanismes expliquant l'avantage du traitement précoce et mieux en apprécier l'importance pratique dans la prise en charge ? long terme des malades, en particulier en continuant ? suivre les malades de la cohorte ADAGIO.

article source



Publié le 29-10-2009

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Une biopsie - liquide - permet de trouver les mutations du cancer Lire

Dépression et fatigue restent des obstacles dans le traitement de la maladie de Parkinson Lire

Des chercheurs ont identifié pourquoi la médication à la dopamine a des effets contradictoires sur la cognition Lire

Découverte d'un nouveau gène dont les mutations sont associées à la maladie de Parkinson Lire

De faibles taux en vitamine D sont liés à la maladie de Parkinson Lire








Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
maladie de Parkinson ,

Google
 









Version pour Impression
[Zoom>

30-01-2012 - Premiers résultats de l'utilisation de cellules souches rétiniennes Lire

03-02-2012 - Percée majeure en génétique : cancer du cerveau chez l'enfant Lire

15-02-2012 - De nouveaux résultats soulignent l'importance des gènes synaptiques dans l'autisme Lire

20-02-2012 - Une micropuce implantable délivre un médicament à des femmes atteintes d'ostéoporose Lire

28-02-2012 - Microbes dans le liquide amniotique Lire

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves




Informations Tags

© JMD