feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML







Les tomates sont prometteuses en prévention du cancer de la prostate

Selon un rapport, paru le 1er Juin 2008 dans le journal médical de l'association américaine de recherche sur le cancer, des extraits de tomates auraient un potentiel de lutte contre le cancer de la prostate.

Le traitement de nombreuses plantes comestibles peut augmenter leur valeur nutritive y compris leur potentiel dans la prévention du cancer. Selon le Dr Valeri V. Mossine, Ph.D, professeur assistant de recherches en biochimie à l'université du Missouri USA, le plus grand effet protecteur des tomates est atteint par un processus qui consiste à les déshydrater sous forme de pâte de tomates.

Les effets protecteurs des produits à base de tomates contre le cancer de la prostate ont été suggérés dans de nombreuses études mais les mécanismes exacts restaient inconnus. Le Dr Mossine et ses collègues ont démontré que FruHis, un hydrate de carbone organique présent dans les produits à base de tomates déshydratées exerce un fort effet protecteur.

Les chercheurs ont divisé les rats de l'expérience en groupe de 20. Ils les ont nourris soit par un régime de contrôle soit par un régime incluant une purée de tomates, ou des tomates en poudre ou en pâte de tomate ainsi que par d'autres FruHis. Tous les animaux ont ensuite été injectés par des cellules cancéreuses de la prostate.

Les animaux nourris à la pâte de tomate ont eu la plus grande survie. L'examen post mortem a constaté chez ces animaux une diminution du nombre de cellules cancéreuses de 60 % par rapport à un groupe contrôle.

Les effets protecteurs des produits à base de tomates ne se sont manifestés que pour les tumeurs de la prostate. L'incidence des effets sur les autres types de tumeurs a été trop petit que pour pouvoir être examiné.

Avant les résultats de cette étude, les chercheurs ont attribué l'effet protecteur des tomates à l'acide ascorbique, aux caroténoïdes et aux composés phénoliques. Pour les auteurs FruHis pourrait représenter un nouveau type de régime alimentaire potentiel antioxydant. La combinaison FruHis lycopène devrait être investiguée comme agent thérapeutique et pas seulement en stratégie de prévention. En fonction des résultats retrouvés, des essais cliniques, disent les auteurs, sont certainement justifiés.


Publié le 29-05-2008

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Attaquer le cancer de la prostate par le cetuximab Lire

Les patients souffrant d'un cancer de la prostate débutant ont une survie prolongée grâce à la chirurgie Lire

Découverte d'un nouveau marqueur potentiel du cancer de la prostate Lire

Mutations germinales et risque de cancer de la prostate Lire

Utilisation nouvelle de thérapeutiques anti-androgènes pour traiter certains cancers du sein résistants Lire

Reproduction et environnement, une expertise collective de l'Inserm Lire






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
prostate , cancer

Google
 
Version pour Impression
[Zoom]

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves







© JMD