feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML






Un médicament qui prolonge la durée de vie prévient les déficits d'Alzheimer

Si les résultats de la recherche continuent ? se répéter et se transforment en essais cliniques, un médicament déj? approuvé pour certaines utilisations pourrait être utilisé - plus t?t que prévu - afin de prévenir la maladie d'Alzheimer chez l'homme et améliorer la santé de la fin de la vie.

Un rapport montrant que la rapamycine, un médicament qui prolonge la durée de vie chez la souris et qui est actuellement utilisé chez les patients transplantés, freine les effets de la maladie d'Alzheimer chez les souris. Un second centre de recherche, quelques semaines après ce rapport annonce des résultats similaires, dans un modèle de souris tout ? fait différent, au début de la maladie d'Alzheimer.

Les deux rapports sont de l'Université du Texas Health Science Center ? San Antonio, o? les études de la rapamycine sont menées dans les Instituts Sam et Ann Barshop pour la longévité et le vieillissement et dans les départements des sciences fondamentales.

Le deuxième rapport, paru le 1er avril dans la revue PLoS ONE , publié par la Public Library of Science, indique que l'administration de la rapamycine améliore l'apprentissage et la mémoire dans une souche de souris modifiée pour développer la maladie d'Alzheimer. Les améliorations dans l'apprentissage et la mémoire sont corrélées avec des dommages moindres des tissus cérébraux.

Le traitement ? la rapamycine a abaissé les niveaux de bêta-amylo?de-42, une importante molécule toxique dans la maladie d'Alzheimer, a déclaré Veronica Galvan, Ph.D., professeur adjoint ? l'Institut Barshop et au Département de physiologie. Ces molécules, qui collent les uns aux autres, sont soup?onnées de jouer un r?le clé dans la perte de la mémoire au début de la maladie d'Alzheimer.

Cette souche de souris a été con?ue pour avoir des défauts génétiques impliqués dans la production de la protéine précurseur amylo?de, entra?nant finalement l'accumulation anormale de bêta-amylo?de-42 qui diminue les connexions synaptiques. Les synapses sont des jonctions o? les neurones communiquent les uns avec les autres, en fournissant le -cablage- essentiel pour une fonction normale du cerveau. Sans ces communications, les neurones meurent, entra?nant la perte de mémoire dans la maladie d'Alzheimer.

En Juillet 2009, les chercheurs de l'Institut Barshop et leurs collègues de deux autres institutions ont indiqué que la rapamycine microencapsulée prolonge la durée de vie des souris. La rapamycine (isolée ? partir du sol de l'?le de P?ques), est approuvée par la US Food and Drug Administration pour prévenir le rejet d'organe chez les greffés.

Le fait que l'on constate des résultats identiques dans deux différents modèles de souris, a ajouté M. Galvan, en référence ? la récente étude de Caccamo et al , fournit des preuves irréfutables que le traitement est efficace et que la rapamycine agit en modifiant un processus pathogène de base de la maladie d'Alzheimer qui est commun aux deux modèles de souris. Ceci suggère qu'il peut être un traitement efficace pour la maladie d'Alzheimer chez les humains.


Publié le 06-04-2010

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

La Rapamycine permettrait de combattre la maladie d'Alzheimer Lire






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
Alzheimer , Rapamycine

Google
 
Version pour Impression
[Zoom]

3---0-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

3---0-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

3---0-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

4---0-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

4---0-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

5---0-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

5---0-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

5---0-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

6---0-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

6---0-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves






© JMD