Un additif alimentaire fréquent pourrait augmenter le risque et la vitesse de diffusion du cancer du poumon

Une nouvelle recherche conduite chez l'animal suggère qu'une alimentation contenant des phosphates inorganiques ajoutés, retrouvés dans une série de nourritures préparées dont des viandes, des fromages, des boissons et des produits de boulangerie, pourraient augmenter la vitesse de progression des tumeurs cancéreuses du poumon et pourraient même contribuer au développement de ces tumeurs chez les personnes prédisposées ? cette maladie.

L'étude suggère également que les phosphates inorganiques pourraient jouer un rôle important dans le traitement du cancer du poumon. La recherche a été conduite par le Dr Myung-Haing Cho, D.V.M., Ph.D., et ses collègues de l'Université Nationale de Seoul. Elle est publiée dans le premier numéro de janvier 2009 de l'American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, édité par la Société Thoracique Américaine.

L'étude indique, selon l'auteur, que l'accroissement de la prise de phosphates inorganiques stimule de manière très importante le développement du cancer du poumon chez les souris et suggère que la régulation alimentaire des phosphates inorganiques pourrait être critique pour le traitement du cancer du poumon aussi bien que pour sa prévention.

Dans l'étude, des souris ont été étudiées pendant quatre semaines et ont de manière aléatoire re?u un régime contenant de 0,5 ? 1 % de phosphates, une gamme équivalente aux régimes humains modernes. A la fin de la période de quatre semaines, le tissu pulmonaire a été analysé pour déterminer les effets des phosphates inorganiques sur les tumeurs. Les résultats ont clairement démontré que le régime le plus élevé en phosphates inorganiques a causé une augmentation de la taille des tumeurs et a stimulé leur croissance. Selon les auteurs l'augmentation rapide de l'utilisation des phosphates comme additifs alimentaires augmente de manière significative les taux de phosphates dans l'alimentation journalière. Les phosphates sont ajoutés ? de nombreux aliments pour augmenter leur rétention en eau et améliorer leur texture.

Pour les auteurs des études futures aideront ? déterminer ce qui constitue un niveau sans risques de phosphates inorganiques dans les aliments et permettront des recommandations faciles ? suivre.

Les résultats de cette étude suggèrent, pour les auteurs, que la régulation par la diététique des phosphates inorganiques a sa place dans le traitement du cancer du poumon, le but de l'étude étant de collecter des informations suffisantes pour déterminer de manière certaine le risque de ces phosphates.


article source


Publiť le 06-01-2009


Feed XML