L'acide valproique stoppe la perte de vision chez les patients souffrant de rétinite pigmentaire

Les chercheurs de l'école de Médecine de l'université du Massachusetts croient qu'ils ont trouvé un nouveau traitement pour soigner la rétinite pigmentaire, une maladie neurodégénérative de la rétine qui finalement conduit à la cécité.

Une des plus communes maladies dégénératives de la rétine, la rétinite pigmentaire est causée par la mort des cellules photoréceptrices. Elle affecte une personne sur 4.000. Cette affection se manifeste typiquement chez les adultes jeunes et est d'abord marquée par une perte de la vision nocturne ou par une diminution de la vision périphérique. Dans la plupart des cas la progression de la maladie se fait vers la cécité aux environs de 40 ans.

L'article du Dr Shalesh Kaushal, MD, PhD, professeur d'ophtalmologie à l'université du Massachusetts et de ses collaborateurs, a été publié le 20 juillet 2010 dans l'édition en ligne du British Journal of Ophthalmology. Cet article montre une nouvelle potentialité thérapeutique à l'utilisation de l'acide valproïque dans le traitement de la rétinite pigmentaire. Le traitement pourrait avoir des avantages énormes chez les patients souffrant de cette maladie. L'acide valproïque a été approuvé par l'organisme américain de contrôle des médicaments, la FDA pour traiter l'épilepsie, les migraines et les désordres bipolaires. Dans beaucoup de cas son utilisation chez les patients souffrant de rétinite pigmentaire a eu comme conséquence une amélioration du champ de vision.

Ces résultats en conjonction avec les résultats antérieurs in vitro suggèrent que l'acide valproïque pourrait être un traitement efficace de la perte des cellules photo réceptrices associée avec la rétinite pigmentaire.

Jusqu'ici la découverte d'un traitement pour la rétinite pigmentaire a été compliquée par le fait que plus de 40 gènes différents sont reliés à la maladie, rendant ainsi beaucoup d'interventions impraticables ou impossibles ; en conséquence la maladie demeure en grande partie non traitée chez les patients actuels. La plupart des thérapeutiques actuellement à l'étude sont centrées sur les supplémentations nutritionnelles, les supplémentations de vitamines A, sur la réduction de la lumière ou sur la thérapie génique.


article source


Publié le 23-07-2010


Feed XML