Usage de bactéries modifiées pour combattre le Sida

Les scientifiques ont génétiquement modifié des bactéries humaines pour produire des produits luttant contre l'infection HIV. La recherche est encore au stade préliminaire mais les scientifiques espèrent que cette nouvelle voie sera efficace pour combattre le virus. La recherche, menée par l'US National Cancer Institute, est publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

La majorité de la transmission de l'HIV survient au niveau des surfaces intestinales et des aires reproductrices qui sont normalement tapissées d'une couche de bactéries.

Les chercheurs ont modifié une de ces bactéries - une forme D'E.coli - de telle sorte qu'elle secrète des protéines qui empêchent l'HIV d'infecter les cellules cibles. Lorsque la bactérie modifiée a été introduite chez les souris, elles a colonisé le petit intestin et fut également retrouvée en plus faibles concentrations dans le vagin

Selon les auteurs y a un besoin urgent de trouver de nouvelles manières de prévenir la diffusion de l'HIV, en particulier dans les pays en voie de développement. Les scientifiques ont déj? mis au point des crèmes microbicides qui peuvent être appliquées dans les voies génitales pour bloquer l'infection HIV. Cependant les chercheurs estiment que le fait de devoir être régulièrement appliquer les crèmes ou gels avant la relation sexuelle limite leur usage. Il pensent que leur nouvelle approche a le potentiel d'offrir une protection plus durable.

Selon eux, les bactéries sont simples ? fabriquer, ? distribuer et ? administrer; de plus elles sont de loin moins onéreuses que les microbicides. Ils pensent aussi que la méthode pourrait être adaptée pour délivrer des bactéries secrétant différentes protéines ? différentes parties du corps. Bien qu'? l'origine con?ue pour empêcher de nouvelles affections HIV, ils pensent que cette méthode pourrait également être utilisée, en combinaison avec les thérapies médicamenteuses, pour traiter les personnes déj? porteuses du virus.

Selon le Dr Tim Farley, de l'organisation Mondiale de la santé, le principe d'une technique, telle celle-ci, qui améliore les défenses du corps contre l'HIV est une grande idée, mais il reste beaucoup d'étapes ? franchir pour développer cliniquement le produit. Il reste spécialement ? tester les éventuels effets secondaires dus ? la colonisation délibérée de l'l'intestin par des bactéries génétiquement modifiés.

Selon le Dr Lisa Power, du Terrence Higgins Trust, cette recherche basée sur l'idée astucieuse d'utiliser les bactéries pour améliorer la résistance ? la transmission, est prometteuse. Cependant, selon elle, il y a un très long chemin ? faire avant un emploi pratique chez les humains et dès lors les préservatifs restent la meilleure défense que nous ayons contre l'HIV et les autres infections sexuellement transmises.


article source


Publiť le 14-11-2005


Feed XML