Les Isoflavones du soja pourraient protéger les os des femmes ménopausées

Selon une étude randomisée conduite par les Drs Y. B. Ye, MPhil, and Y. X. Su, MD, de l'université Sun Yat-sen ? Guangzhou ( Chine ), parue dans le journal European Journal of Nutrition en juin 2006 , les doses élevées d'isoflavones du soja pourraient protéger les os des femmes ménopausées. Des études antérieures avaient montré que les doses de 40 ? 99 mg d'isoflavones du soja produisaient des effets inconsistants pour prévenir la perte osseuse chez les femmes post-ménopausées. L'étude actuelle est basée sur le suivi de 90 femmes ?gées de 45 ? 60 ans, ayant re?u l'un des trois traitements suivants, soit un placebo soit 84 soit 126 mg d'isoflavones pendant six mois.

La densité minérale osseuse (BMD) de la colonne vertébrale et de la hanche fut mesurée ainsi que l'ostéocalcine, les phosphatases alcalines et la sécrétion urinaire de déoxypyridinoline.

Après ajustement pour l'?ge, les années depuis la ménopause, le poids corporel, la taille, l'activité physique et la ligne de base de la BMD, il fut observé une modification significative de la densité minérale osseuse. La relation fut linéairement dépendante entre la dose de la supplémentation et le pourcentage de changement au niveau de la colonne vertébrale et du col du fémur.

Selon les auteurs, il y a un effet significatif dose dépendante des isoflavones du soja sur l'atténuation de la perte osseuse au niveau de la colonne vertébrale et du col du fémur probablement via une inhibition de la résorption de l'os chez les femmes non obèses post ménopausées. La dose de 126 mg est, disent-ils, la dose effective pour la prévention de la perte osseuse pendant une courte durée.

Les limitations de l'étude sont sa durée brève, son manque de généralisation aux personnes post ménopausées obèses et l'échantillon relativement petit.

Une autre étude multi-centrique, l'Osteoporosis Prevention Using Soy (OPUS), de deux ans chez 400 femmes post ménopausées est actuellement en cours dans le cadre de la prévention de la perte osseuse. Des études antérieures n'avaient montré que peu ou pas de changement associé avec ce type de traitement. Selon les auteurs de cette nouvelle recherche le manque d'efficacité pourrait être du ? l'utilisation de doses trop faibles d'isoflavones.

thérapeutiques complémentaires et alternatives


article source


Publiť le 01-08-2006


Feed XML