Découverte de la stratégie du VIH (sida) pour se multiplier dans certains globules blancs

Le virus du sida s'attaque ? des cellules du système immunitaire, au sein desquelles il se multiplie. Dans certaines d'entre elles, il forme des stocks difficilement accessibles aux traitements anti-viraux. Des chercheurs du CNRS, de l'Institut Curie et de l'Institut Pasteur 1 et 2 se sont demandé comment le VIH résistait ? l'action de ces cellules immunitaires, qui en temps normal détruisent les corps étrangers. Ils ont découvert que le virus modifiait le pH des compartiments cellulaires dans lesquels il s'accumule, empêchant ainsi l'activation des enzymes chargées de le dégrader.

Lorsqu'un virus ou une bactérie infectieuse pénètre dans notre corps, toute une machinerie se met en route pour l'éliminer. Cette machinerie, le système immunitaire, agit au travers de nombreux types de cellules, appelées globules blancs. Certains virus prennent le système immunitaire pour cible. Ainsi, le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) s'attaque ? deux sortes de globules blancs : les macrophages, qui interviennent précocement, en phagocytant puis en digérant les corps étrangers, et certains lymphocytes (lymphocytes TCD4), qui interviennent plus tardivement dans la réponse immunitaire. Le VIH s'accumule dans les macrophages infectés, véritables réservoirs viraux difficilement accessibles aux traitements anti-viraux. En revanche, la multiplication du virus dans les lymphocytes TCD4 provoque leur destruction.

A l'Institut Curie, Philippe Benaroch, directeur de recherche CNRS, et son équipe, -Transport intracellulaire et immunité - du laboratoire de l'Inserm 1, s'intéressent au système immunitaire et ? ses défaillances. Ces chercheurs ont étudié la prolifération du VIH dans les macrophages, en collaboration avec leurs collègues du laboratoire -Virus et immunité - de l'Institut Pasteur associé au CNRS2. Ils ont montré que les particules virales s'accumulent dans certains compartiments des macrophages infectés. Or, ces compartiments possèdent normalement un pH acide o? le VIH ne devrait pas survivre. Mais les mesures de pH réalisées par les chercheurs ont révélé un défaut d'acidification dans ces compartiments : le VIH parvient ? modifier ce milieu hostile et ? créer un environnement favorable ? sa survie et ? son stockage. Dans ces compartiments, les enzymes de dégradation, qui ont besoin d'un pH acide pour fonctionner et dégrader le virus, sont mises hors course. En contrôlant son environnement, le VIH peut se multiplier au sein des macrophages infectés. Au sein des mêmes macrophages infectés, les compartiments dépourvus de particules ou protéines virales semblent fonctionner normalement.

Cette étude apporte de nouvelles connaissances sur la persistance du VIH chez les personnes contaminées et ouvre la voie ? l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques, pour éliminer les stocks viraux présents dans les macrophages.


article source


Publiť le 03-09-2007


Feed XML