Diminution de la mortalité après fracture de la hanche chez les personnes agées

Selon les conclusions de l'article du Dr Kenneth W. Lyles, M.D., et collaborateurs du centre médical de l'université Duke aux USA, parues dans le New England Journal of Medicine (www.nejm.org) de septembre 2007, une injection annuelle d'acide zoledronique (biophosphonate) dans les 90 jours après réparation d'une fracture de la hanche a été associée avec une réduction du taux de nouvelles fractures et a amélioré le taux de survie des patients.

L'acide zoledronique est un biophosphonate qui peut être administré par voie intraveineuse une fois par an. Cette médication a été associée avec une réduction significative du risque de fractures vertébrale, de fractures de la hanche et de fractures non vertébrales chez les femmes souffrant d'ostéoporose en post-ménopause.

Les auteurs présentent les résultats d'une étude randomisée qui a testé l'efficacité et la sécurité de l'acide zoledronique ? la dose de 5 mg administré par voie intraveineuse une fois par an pour prévenir les nouvelles fractures chez les femmes et chez les hommes qui ont eu une récente chirurgie de réparation de fracture de la hanche.

Les fractures de la hanche sont associées avec une morbidité augmentée, un déclin de l'activité fonctionnelle et une augmentation du taux de décès chez les patients ?gés. Une source de l'augmentation de la morbidité chez les patients souffrant d'ostéoporose est la fréquence de nouvelles fractures qui par rapport aux personnes n'ayant pas eu de fracture de la hanche est 2,5 fois plus élevée.

Parmi les résultats on note que le taux de nouvelles fractures cliniques fut de 8,6 % dans le groupe zoledronique et de 13,9 % dans le groupe placebo soit une réduction de 35 % de réduction du risque ; les taux de fractures vertébrales furent respectivement de 1,7 % comparativement aux 3,8 % du placebo et les taux des fractures non vertébrales furent de 7,6 % versus 10,7 %. Parmi les 1.054 patients du groupe zoledronique 101 décédèrent ( 9,6 % ) versus les 141 des 1.057 patients du groupe placebo ( 13,3 %). La réduction du taux de décès fut de 28 % dans le groupe zoledronique.

Les effets secondaires les plus fréquents chez les patients recevant l'acide zoledronique furent de la température et des douleurs ostéo musculaires. Les taux d'événements adverses rénaux et cardio-vasculaires incluant fibrillation et accident vasculaire cérébral furent similaires dans les deux groupes.

En conclusion selon les auteurs une perfusion d'acide zoledronique dans les 90 jours après réparation d'une fracture de la hanche a été associée avec une réduction du taux de nouvelles factures et ? l'amélioration du taux de survie.


article source


Publiť le 03-10-2007


Feed XML