La consommation d'alcool, bières, vins ou liqueurs augmente le risque de cancer du sein

L'une des études les plus larges sur les conséquences de la consommation d'alcool concernant le risque du cancer du sein a montré qu'il n'y a aucune différence entre le fait de boire du vin, de la bière ou des liqueurs. C'est l'alcool en lui-même (alcool éthylique) et la quantité consommée qui influence le risque de cancer du sein.

En pratique l'augmentation du risque de cancer du sein ? partir de trois ou plus de boissons alcooliques par jour est similaire ? l'augmentation du risque de cancer du sein en fumant un paquet de cigarettes ou plus par jour selon les auteurs les Drs Yan Li, MD, PhD and Arthur Klatsky, MD. de la division de recherche Kaiser ? Oakland ( USA ). Ils ont présenté les résultats de leur recherche le 27 septembre 2007 au congrès européen du cancer qui s'est tenu ? Barcelone.

Les auteurs ont suivi 70.033 femmes d'origines ethniques différentes qui ont fourni une information depuis les années 1978 jusqu'en 1985. En 2004, 2.829 d'entre elles avaient eu un cancer du sein. Dans leur analyse les chercheurs ont comparé le rôle de la prise totale d'alcool chez les femmes ayant favorisé un type de boissons ou qui n'avaient pas eu de préférence particulière. Dans une autre analyse les chercheurs ont tenté de cerner le rôle de la fréquence des boissons de chaque type. Enfin ils ont examiné le rôle de la prise totale alcoolique en comparant ces femmes ? d'autres ayant consommé moins d'une boisson alcoolique par jour.

L'étude a montré qu'il n'y avait aucune différence entre la consommation de vin, de bière, ou de liqueur dans le risque de développer un cancer du sein. Même lorsque que la consommation de vin fut divisée en consommation de vin rouge ou de vin blanc il n'y eut aucune différence. Lorsque les chercheurs ont observé la relation entre le risque de cancer du sein et la consommation totale d'alcool ils ont trouvé que les femmes qui avaient pris de une ? deux boissons alcooliques par jour ont eu une augmentation du risque de 10 % en comparaison avec celles qui en avaient pris moins. Le risque de cancer du sein fut augmenté de 30 % chez les femmes qui avaient consommé trois (ou plus) boissons alcoolisées par jour.

Les résultats furent similaires lorsque les chercheurs ont stratifié les groupes en fonction de l'?ge ou de l'appartenance ? un groupe ethnique. Tous les résultats ont montré que celles qui buvaient davantage ont eu un risque augmenté dans chaque groupe. Ces résultats confirment la relation entre l'alcool éthylique et une augmentation du risque selon le docteur Klatsky pour qui une augmentation du risque de 30 % n'est pas banale. Pour replacer cette découverte dans son contexte ce n'est pas, dit-il, très différent de l'augmentation du risque associé avec la prise d'hormones oestrogéniques. Dans une recherche précédente les auteurs ont également trouvé que fumer un paquet de cigarettes ou davantage par jour a comme conséquence une augmentation similaire (30 %) du risque de cancer du sein.

D'autres études incluant des recherches des mêmes auteurs ont montré que la consommation modérée d'alcool pouvait protéger contre les attaques cardiaques mais probablement selon des mécanismes différents. Pour les auteurs la protection cardiaque est réelle et probablement dérivée largement de l'augmentation du bon cholestérol (HDL) de la réduction des caillots sanguins et de la réduction du risque diabète. Aucun de ces mécanismes n'est connu avoir une quelconque incidence au niveau du cancer du sein.


article source


Publiť le 04-10-2007


Feed XML