Prédispositions génétiques au cancer du poumon

Les résultats des recherches d'un consortium international de chercheurs, coordonnés par les Drs Marc Lathrop et Paul Brennan, viennent d'être publiés dans la revue Nature du 3 avril 2008. Le travail a été en partie réalisé ? l'hôpital Saint-Louis par la Fondation créée par Jean Dausset, prix Nobel de médecine pour ses travaux sur la diversité génétique humaine.

L'analyse des résultats a permis d'identifier une région de petite taille sur le chromosome 15 dans laquelle se trouvent des variations génétiques récurrentes associées aux cancers bronchiques.

Des récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine ont déj? été identifiés dans les phénomènes de dépendance au tabac et sont présents dans l'épithélium des bronches. Les résultats du consortium montrent qu'au-del? de ce rôle dans l'addiction, ces récepteurs interviendraient dans la survenue des cancers et dans leur pronostic.

Le risque de cancer bronchique a été évalué être près de deux fois celui des personnes ne portant pas certaines variations sur les chromosomes 15 lorsque ces variations sont présentes sur les deux copies du chromosome 15 (1 Européen sur 10), le risque est de 1,3 si ces variations ne sont présentes que sur une seule copie du chromosome 15 (1 Européen sur 2).

Les récepteurs formés par ces gènes pourraient augmenter le risque de cancer du poumon parce qu'ils sont exprimés dans le poumon et sont activées par la nicotine et les autres carcinogènes existant dans la fumée du tabac.

Selon les auteurs, dans le futur, il devrait être possible d'identifier d'autres gènes de prédisposition au cancer du poumon avec la méthodologie génétique employée, en effectuant des études encore plus larges, et en combinant, dans des méta-analyses les données obtenues par différentes études effectuées ? travers le monde.

Les stratégies de traitement actuel de cette affection sont d'une efficacité limitée avec un taux de survie ? cinq ans d'environ 15 %, ces cancers étant diagnostiqués trop tardivement. La connaissance des gènes impliqués dans l'étiologie de la maladie peut permettre d'identifier les sujets ? risques de développer la maladie en conjonction avec la fumée de tabac et de développer des approches de prévention et de dépistage.

Les auteurs insistent sur l'importance pour les fumeurs d'arrêter de fumer. Selon eux, même les fumeurs qui ne portent pas ces variations génétiques ont un risque important de développer un cancer du poumon ou une autre maladie liée au tabac.

Lien : Présentation d'une étude sur les facteurs génétiques de prédisposition au cancer du poumon


article source


Publiť le 08-04-2008


Feed XML