L'OMS classe les contraceptifs oestroprogestatifs et l'hormonothérapie ménopausique comme cancérogènes

Un groupe de travail des Monographies du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) a récemment conclu dans un communiqué de presse (OMS 29 juillet 2005 N? 167) que les contraceptifs oraux ?stroprogestatifs combinés et l?hormonothérapie ménopausique oestroprogestative sont cancérogènes (Groupe 1), après un examen complet de la littérature scientifique publiée.

En même temps, le groupe de travail soulignait qu?il disposait d?indications convaincantes selon lesquelles les contraceptifs oraux ont un effet protecteur contre certains types de cancer.

Les contraceptifs oraux et l?hormonothérapie ménopausique ont des effets bénéfiques et des effets secondaires néfastes. Chaque femme qui utilise ces produits devrait en discuter les risques et bénéfices globaux avec son médecin.

Le groupe de travail, composé de 21 chercheurs venus de 8 pays différents, a été réuni par le Programme des Monographies du CIRC du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), l?agence de recherche sur le cancer de l?Organisation mondiale de la Santé.

Une importance majeure pour la sante publique

Ces nouvelles Monographies du CIRC [volume 91] s?intéressent aux expositions auxquelles des millions de femmes dans le monde sont confrontées chaque jour, selon le Dr Peter Boyle, Directeur du CIRC. Identifier et comprendre tous les effets de ces produits revêt une importance énorme pour la santé publique. Dans le monde, plus de 100 millions de femmes (près de 10% des femmes en ?ge de procréer) utilisent actuellement des contraceptifs hormonaux combinés. En outre, l?utilisation de l?hormonothérapie ménopausique est extrêmement répandue : environ 20 millions de femmes dans les pays développés au moment du pic d?utilisation vers l?an 2000.

Page suivante


Rechercher un article


Publiť le 01-08-2005


Feed XML