feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML







La survie des patients ayant eu une attaque cardiaque est meilleure chez les obèses

Les personnes obèses victimes d'attaque cardiaque ou souffrant d'angine de poitrine ont plus de chances de survie après traitement que les personnes non obèses, selon les résultats d'une étude germanique et suisse. Les chercheurs ont trouvé que les patients obèses ont, dans les trois ans après traitement, un taux de décès de moitié inférieur ? celui des patients ayant un indice de masse corporelle normal.

L'étude parue dans le journal cardiologique européen a concerné 1.676 patients qui ont été hospitalisés avec de l'angor instable ou ont eu une attaque cardiaque typique (infarctus). Le traitement standard a compris une angiographie coronarienne pour diagnostiquer l'étendue du problème, suivi par une procédure pour débloquer les artères appelée revascularisation coronarienne ou un pontage coronarien.

Selon le Dr Heinz Buettner, principal auteur bien qu'il n'y ait aucun doute que les personnes en sur poids ou obèses ou très obèses ont un risque plus élevé de développer du diabète, de l'hypertension et des maladies des coronaires, l'étude a montré qu'une fois l'événement coronarien accompli et traité de manière optimale les patients obèses ont un meilleur pronostic comparé aux personnes de poids normal.

Les patients obèses ayant tendance ? ?tre plus jeunes que les patients de poids normal ont eu probablement plus de prescriptions de médicaments protecteurs cardiaque comme les statines et les b?tabloquants ? la sortie de l'h?pital. Mais selon l'auteur son analyse suggère qu'aucun de ces facteurs ne peut expliquer pleinement le taux inférieur de mortalité.

Il est possible que des différences dans la chimie des personnes obèses peut jouer un r?le. Par exemple des taux de plaquettes qui influencent la formation de caillots sanguins sont plus bas chez les patients obèses tandis que le taux de graisses dans les tissus cardiaques qui peuvent avoir un effet protecteur sont plus élevés. Une autre théorie est que les taux élevés de cannabino?des endogènes chez les patients obèses pourraient ?tre la clef de l'explication. Il y a de plus en plus d'évidence qui suggèrent que ces composés chimiques ont un effet protecteur pendant une attaque cardiaque.

Selon l'auteur, des recherches ultérieures seront nécessaires pour comprendre les raisons de cette constatation. Ce qui est s?r cependant c'est que si vous ?tes en sur poids vous avez un plus grand risque de développer une tension artérielle élevée, des maladies des coronaires et du diabète.


Publié le 22-06-2007

Fichier(s) complémentaire(s) ou connexe(s)

Percée en matière de prévention chez les patients à haut risque de récidives de maladies cardiaques Lire

Résultats de l'utilisation des nouveaux stents au sirolimus en cas de récidive de sténose coronarienne Lire

Réduire la mortalité après un infarctus cardiaque Lire






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
cardiologie , infarctus

Google
 
Version pour Impression
[Zoom]

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves







© JMD