feed

Actualité médicale-Information-Prévention


Feed XML Feed XML






Le traitement ? la progestérone est prometteur en cas de traumatisme cranien

Les chercheurs de l'université Emory ? Atlanta aux Etats-Unis ont constaté qu'une injection de progestérone aux victimes de traumatismes craniens peu après leur accident peut réduire le risque de décès et le degré d'incapacité. Les résultats de leur étude para?tront dans le journal médical Annals of Emergency Medicine du début octobre 2006.

Selon le Dr Arthur Kellermann, MD, MPH, professeur et chef du département de médecine d'urgence ? l'université Emory, le traitement ? la progestérone pour les traumatismes craniens a été intensivement étudié chez des animaux de laboratoire pendant plus de quinze années, mais son utilisation chez les humains n'avait encore jamais été réalisée. Le Dr Donald Stein de l'université Emory a été le premier ? découvrir que la progestérone avait des effets neuro protecteurs et une grande partie du travail fondamental sur l'utilisation de la progestérone dans les traumatismes cr?niens a été faite dans son laboratoire. Les résultats ont été si impressionnants qu'ils ont décidé de pratiquer une étude clinique humaine.

Aux états-Unis environ 1,5 ? 2 millions de personnes ont un accident avec traumatisme cranien chaque année menant ? 50.000 décès et ? 80.000 nouveaux cas d'incapacité ? long terme. C'est également une cause importante de mort et d'incapacité parmi les enfants et le personnel militaire. En dépit de l'énormité du problème, les scientifiques n'ont pas identifié les médicament efficaces pour améliorer des résultats des traumatismes craniens. En fait aucune nouvelle thérapie médicale n'a été développée pour des dommages consécutifs aux traumatismes du cerveau depuis trente ans.

Leur étude préliminaire de trois ans a concerné 100 participants. Leur étude de phase II a principalement été con?ue pour évaluer si la progestérone pouvait ?tre administrée en intraveineuse d'une manière fiable, et s'il est s?r d'employer le traitement chez l'homme ayant subi un traumatisme cr?nien.

Bien qu'on la considère largement comme un stéroide sexuel, la progestérone est également un neuro stéroidien qui exerce des effets protecteurs sur le tissu humain. Elle est naturellement présente dans de petites mais mesurables quantités dans les cerveaux des hommes et des femmes.

Au cours de l'étude quatre patients sur cinq ont re?u le médicament par voie intraveineuse dans les onze heures après le traumatisme et un sur cinq (soit 20 %) a re?u un placebo. Trente jours après les dommages initiaux des échelles d'évaluation objectives ont été employées pour évaluer la fonction neurologique et le niveau d'incapacité de chaque patient.

Selon le Dr David Wright, MD, professeur auxiliaire dans le département de médecine d'urgence ? l'université Emory, aucun effet secondaire ou événement nocif sérieux n'est apparu au cours de la thérapeutique. Il fut noté une réduction de 50 pour cent du taux de décès dans le groupe traité ? la progestérone. En outre, les auteurs ont trouvé une amélioration significative des résultats au niveau fonctionnel et au niveau incapacité parmi les patients qui ont été inscrits dans l'étude et ayant des dommages modérés du cerveau.

Environ 30 % des patients traités par placebo sont morts dans les trente jours des dommages principaux, comparés ? seulement 13 % de ceux traités ? la progestérone. Etant donné que des patients atteints de traumatismes graves ont survécu dans le groupe progestérone, il n'est pas étonnant qu'il y ait eu un niveau moyen plus élevé d'incapacité ? trente jours chez les survivants dans le groupe placebo.

La progestérone est un traitement prometteur parce qu'elle est peu co?teuse, largement disponible et que les médecins en ont une longue expérience professionnelle.

L'équipe de chercheurs projette maintenant une nouvelle étude clinique en phase III, multi-centrique, concernant 1000 patients. Elle compte également étudier les effets du traitement ? la progestérone chez des modèles d'animaux pour évaluer le traitement des dommages du cerveau en pédiatrie, car ceux-ci sont la principale cause de la mort et de l'incapacité des enfants. Une recherche en cours indique par ailleurs que la progestérone peut limiter les dommages d'ischémie passagère et permanente du cerveau. A la lumière de ces résultats les chercheurs espèrent lancer une épreuve clinique pilote semblable pour étudier l'efficacité de la progestérone ou d'un métabolite de la progestérone pour traiter des patients ayant un accident vasculaire cérébral aigu (AVC).

[Référence - Lien ]

Publié le 02-10-2006






Si vous souhaitez faire une recherche complémentaire, copiez-collez un ou plusieurs ( recherche plus restreinte ) des mots ci-dessous dans google search ci-dessous

Voici les Mots clefs de cet article :
traumatisme cranien , progestérone

Google
 





Version pour Impression
[Zoom>

30-01-2012 - Premiers résultats de l'utilisation de cellules souches rétiniennes Lire

03-02-2012 - Percée majeure en génétique : cancer du cerveau chez l'enfant Lire

15-02-2012 - De nouveaux résultats soulignent l'importance des gènes synaptiques dans l'autisme Lire

20-02-2012 - Une micropuce implantable délivre un médicament à des femmes atteintes d'ostéoporose Lire

28-02-2012 - Microbes dans le liquide amniotique Lire

13-03-2012 - Augmentation du nombre d'enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité Lire

21-03-2012 - Système immunitaire de souris reconstitué à l'aide de cellules souches de personnes adultes Lire

29-03-2012 - Un type d'alimentation pourrait être responsable du faible nombre de spermatozoïdes Lire

17-04-2012 - Un moyen interne de réparer le cartilage Lire

30-04-2012 - Une molécule traite le comportement autistique chez la souris Lire

03-05-2012 - Pourquoi l'organisme réagit-il différemment, selon les individus, à un régime riche en graisse ? Lire

15-05-2012 - Les femmes âgées souffrant d'arythmie cardiaque sont plus à risque de subir un AVC Lire

30-05-2012 - Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange Lire

06-06-2012 - Une procédure restaure le mouvement des pattes de rats paralysés Lire

18-06-2012 - Oestrogènes et risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées Lire

Plus de brèves




Informations Tags



© JMD